Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
20 Fév 2018 | Observatoire
 

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a reconnu, ce lundi 19 février, que « les lobbies sont partout », mais, a-t-elle prévenu, « ils ne me font pas très peur ».

« Les lobbies ne me font pas très peur, ils sont partout, oui, ils sont partout », a dit la ministre lors de l’émission « l’Épreuve de vérité » sur Public Sénat, en partenariat avec l’AFP, Les Échos et Radio Classique. « Quand on travaille dans le champ de l’environnement, nous savons très bien qu’il y a des lobbies ; dans le champ des comportements, il y a d’autres lobbies ; dans le champ des vaccins, ce sont encore d’autres lobbies qui s’expriment, pas forcément des lobbies industriels, mais d’autres », a-t-elle notamment énuméré.

Au sujet de ses priorités en matière de prévention de l’alcool, du tabac ou des produits alimentaires ultra-transformés, mis en cause par une récente étude qui les considère cancérogènes, Mme Buzyn s’est refusée à hiérarchiser les angles d’attaque.

« Je pense que la prévention, à tous les âges de la vie, dans tous les milieux et quel que soit l’enjeu, c’est vraiment un pari que nous faisons sur l’avenir, de façon à réduire les dépenses de santé », a répondu la ministre, estimant que « nous (étions) très bons sur les soins mais très mauvais sur la prévention », et rappelant que « les Français ont une durée de vie longue, mais pas en bonne santé ».

« Nous allons ouvrir toutes les pistes de la prévention, et je travaille avec tous mes collègues ministres aujourd’hui à un grand programme national de prévention dans tous les milieux, sur tous les secteurs », a-t-elle ajouté.