Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
7 Août 2019 | E-cigarette, Profession
 

Revenons sur l’interview croisée parue dans le dernier numéro du Losange entre Sophie Lejeune (Confédération des buralistes) et Vincent Durieux (France Vapotage), en accompagnement de la campagne de communication commune conduite par les deux organisations sur l’interdiction de vente aux moins de 18 ans des produits du vapotage (voir Lmdt du 22 juillet), de sorte à promouvoir la mise en place d’un sticker de caisse et d’un stop rayon dans les points de vente.

Avec un autre extrait portant sur les responsabilités des uns et des autres.

•• Le Losange : Comment faire connaitre cette loi d’interdiction de vente aux mineurs s’il est interdit de communiquer sur le produit ?

•• Sophie Lejeune : (…) Les réseaux de distribution sont un excellent canal, de même que l’État doit jouer son rôle auprès des populations. Chacun doit apporter de l’eau au moulin.

Et il serait bon de penser à Internet. Le réseau des buralistes et ses partenaires pourront faire le meilleur travail du monde, il reste impératif de penser à l’accès de ces produits sur Internet : la toile est sans frontières, les jeunes sont « digitaux », de fortes améliorations doivent être réalisées sur ce canal de distribution en croissance.

•• Vincent Durieux : Nous sommes dans une situation paradoxale : de nombreuses études convergent vers le constat d’un risque massivement plus faible de la vape par rapport au tabac, mais il est difficile de sensibiliser les fumeurs car nos possibilités de communication sont trop limitées.

La marge de manœuvre de l’ensemble des professionnels de la vape pour protéger les consommateurs est faible.

Nous souhaiterions, au minimum, que les pouvoirs publics s’emparent de ce sujet et lancent les campagnes adéquates auprès du grand public. Nous, professionnels, sommes ouverts au dialogue pour expliquer la légitimité de telles démarches.