Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
13 Sep 2020 | Trafic
 

Une habitante de Bruay-sur-l’Escaut (près de Valenciennes) avait été repérée, en mars 2019, effectuant de la vente à la sauvette de cigarettes à des mineurs devant un établissement scolaire.

Après un renvoi, la femme de 43 ans vient enfin d’être jugée par le tribunal correctionnel de Valenciennes.

•• Lors des premiers interrogatoires, elle avait déclaré vendre à son domicile, de 7 à 21 heures, des cigarettes au détail (15 centimes l’unité) à des majeurs et mineurs de seize ans  … pour une centaine de clients réguliers. Et ceci, depuis une dizaine d’années. Elle achetait des seaux de tabac en Belgique et confectionnait les cigarettes … « pour rendre service et me faire de l’argent ».

Un voisin confirmera la venue régulière de jeunes âgés de 10 à 13 ans : « ils se trompaient et sonnaient chez moi ». Une élève de 6ème a confirmé avoir obtenu ainsi des cigarettes.

•• En juillet 2019, lors d’un autre interrogatoire, elle change de version assurant aux fonctionnaires de police ne vendre qu’à des majeurs: une vingtaine de clients par jour pour une somme de 50 euros. « Je ne m’arrêterai pas de vendre », avait-elle osé leur dire à cette occasion.

Le tribunal a condamné la prévenue à … 400 euros d’amende.