Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
13 Oct 2017 | Trafic
 

Les équipes nîmoises du Service régional de la Police judiciaire (SRPJ) ont procédé à une série d’interpellations dans la nuit du mercredi 11 au jeudi 12 octobre. Ceci, dans le cadre d’une enquête démarrée sur commission rogatoire délivrée par un juge d’instruction du TGI de Nîmes.

•• On sait que le trafic de tabac est dans le collimateur de la police nîmoise depuis un certain temps (voir Lmdt des 9 septembre et 16 juillet). Le phénomène prenant une telle ampleur, dans la région, qu’il est considéré comme véritablement attentatoire à l’ordre public.

•• À cela, s’ajoute la pression permanente de la chambre syndicale des buralistes particulièrement mobilisée sur le sujet. Ce n’est pas un hasard si une soixantaine de buralistes gardois sont venus manifester à Paris, tout récemment, contre le paquet à 10 euros (voir Lmdt du 4 octobre).

•• Une première vague d’interpellations, dans le Gard et le Vaucluse, a déjà eu lieu il y a six mois (voir Lmdt du 21 mars).

Et l’autre nuit, les policiers ont encore saisi « une quantité très importante de cartouches de cigarettes et d’argent liquide ». Le Midi Libre parle de 1 500 cartouches.

Hier soir, deux suspects étaient toujours entendus dans les locaux de l’antenne de Nimes de la PJ.