Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
20 Nov 2019 | Trafic
 

Au 15 novembre en France, les missions douanières consacrées à la lutte contre la contrebande de tabac ont augmenté de 56 % par rapport à l’année dernière. Pour le seul aéroport de Nice, première porte d’entrée de la contrebande dans les Alpes-Maritimes, ce sont plus de deux tonnes qui ont été saisies depuis le début de l’année. 

Soit au total, en 2019, sur le département (aéroport inclus) : 2,4 tonnes de cigarettes et de tabac.

•• Et au niveau des arrestations ?  « Ils en attrapent plus, c’est vrai, mais le trafic explose » affirme un buraliste dans Nice Matin.

Pour preuve cette interpellation, par les douaniers, intrigués par un billet d’avion : une Zaïroise en provenance d’Éthiopie, via Rome, à destination de Paris … pas banal. Dans ses bagages : 200 cartouches de cigarettes. Une « fourmi » qui alimente, pour son compte ou celui de réseaux mafieux, un trafic d’une grande intensité.

•• Et ce n’est pas la seule concurrence à laquelle doivent faire face les buralistes. Dans les Alpes-Maritimes, les pourcentages des achats frontaliers légaux sont au coude à coude avec ceux de la contrebande. 28,4 % du tabac se vendrait désormais en dehors du réseau classique, soit presque trois paquets sur dix : 14,4 % en contrebande, et 14 % en achat en Italie.

« Les frontières sont une passoire gigantesque » assure Thierry Germain, secrétaire général de la chambre syndicale du tabac des Alpes-Maritimes. « Nous sommes à 30 % de vente de tabac hors réseau et jusqu’à 50 % en se rapprochant des frontières. À ce rythme, nous allons développer des no man’s land mafieux. »