Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
5 Juin 2018 | Trafic
 

Au premier jour du procès d’une trentaine de membres présumés du groupe criminel géorgien Vory v Zakone, jugés à Nancy pour des recels de vols (notamment de tabac) et du blanchiment en bande organisée, deux enquêteurs ont raconté lundi les rouages de cette confrérie très hiérarchisée (voir Lmdt des 2 et 6 juin 2015).

« La hiérarchisation est très marquée entre les protagonistes, avec une position prédominante des « vors » (« voleurs couronné » en russe, soit le plus haut rang) », a résumé un policier de la sureté départementale du Bas-Rhin qui a mené l’enquête avec l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante, sous l’égide de la Juridiction interrégionale spécialisée de Nancy, rapporte l’AFP.

•• Constatant une recrudescence de vols dans l’agglomération strasbourgeoise à partir de 2013 par des ressortissants caucasiens, les enquêteurs avaient mis au jour l’existence d’une structure des Vory v Zakone (« les voleurs dans la loi » en russe) dans la capitale alsacienne.

Cette confrérie est régie par des règles strictes. « On a affaire à un fort communautarisme, avec des personnes qui vivent dans un monde cloisonné avec des termes usuels et codés », a relaté l’enquêteur.

•• Trente-quatre prévenus, dont quatre femmes, principalement géorgiens, mais aussi arméniens, azerbaïdjanais et russes, âgés de 25 à 61 ans, comparaissent jusqu’au 15 juin.

Ils sont poursuivis pour « blanchiment aggravé, participation à une association de malfaiteurs et recel en bande organisée », commis à Strasbourg, La Rochelle, Poitiers et Niort de 2013 à 2015, et encourent dix ans de prison.

Neuf hommes sont en détention provisoire depuis l’interpellation de l’équipe en juin et octobre 2015.

•• Rares sont ceux qui montrent ostensiblement leurs tatouages, une spécificité pourtant de la confrérie géorgienne : l’araignée représente un voleur actif, un couteau sur l’avant-bras l’hostilité à l’égard des autorités, une croix sur le mollet un signe de haute autorité …

« En Géorgie, rien que le fait d’appartenir aux Vory v Zakone est un motif d’incarcération », souligne un enquêteur. Ce groupe criminel est apparu « dans les prisons et camps de travail russes et (forme) depuis lors, des confréries criminelles obéissant à des règles très strictes », selon l’accusation.

•• Les membres des équipes jugées à Nancy volaient parfums, produits cosmétiques, lunettes, vêtements, bijoux, téléphones, multimédias, armes, alcool, tabac, numéraire en France, mais aussi en Allemagne, Suisse, Belgique ou aux Pays-Bas. « Leur credo : tout doit être volé, rien ne doit être acheté », conclut un enquêteur.