Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
5 Fév 2020 | Trafic
 

Ce lundi 3 février, le préfet de l’Hérault, Jacques Witkowski, dressait le bilan de la sécurité et de la délinquance dans le département.

Et il a été question bien sûr des revendeurs à la sauvette de cigarettes, toujours très actifs à Montpellier, côté Gambetta ou Figuerolles (voir 28 et 16 septembre 2019). Certains proposant parfois même leurs produits illicites à bicyclette. 

Dans l’Hérault, « la vente de tabac de contrebande augmente de manière notable en 2019. Les saisies réalisées par la Douane ont bondi de presque 60 % dans le département, cette année. C’est considérable » a dévoilé le représentant de l’État.

•• Le Midi Libre refait d’ailleurs un zoom sur les incivilités à Gambetta … « Ça fait des années que c’est comme ça, et tout le monde le sait. Que ce soit les riverains ou les forces de l’ordre, mais rien n’est mis en place pour les en empêcher. Le pire, pour nous, ce sont les revendeurs de cigarettes. Plusieurs fois, mon mari a dû s’imposer face à eux pour leur faire comprendre qu’ils ne faisaient pas ce qu’ils voulaient. D’ailleurs, l’ancien buraliste a revendu le tabac à cause de ces trafics, il a même reçu un coup de couteau une fois en essayant de les affronter », explique une buraliste installée à l’angle de la rue Daru et du cours Gambetta.

•• À cela s’ajoute aussi le problème de la recrudescence des vols de cartes bancaires. « Tous les deux à trois jours, les mêmes individus viennent nous acheter un paquet de cigarettes et des jeux à gratter et demandent le paiement sans contact. On sait qu’il y a des vols, donc systématiquement on leur dit que le sans contact ne marche pas … Vu qu’ils n’ont pas le code, on comprend que la carte a été volée. On ne veut pas de problème de possible complicité, étant donné qu’on sait ce qu’il se passe » explique la buraliste

La police intervient régulièrement. Mais les trafiquants reviennent, conclut Le Midi Libre.