Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
5 Juin 2018 | Trafic
 

On en reparle à nouveau … Le quartier du Plan Cabanes, à Montpellier, a été le théâtre de brefs, mais violents affrontements, ce dimanche 3 juin peu avant 22h30, avec une fusillade qui a éclaté rue Daru, entre le faubourg de Figuerolles et le cours Gambetta. 

Une dizaine de coups de feu ont été tirés par les membres des deux bandes qui veulent imposer leur loi pour s’approprier le marché des trafics de la drogue et des cigarettes de contrebande (voir Lmdt des 22 mars 2017 ainsi que des 13 et 8 septembre 2016).

•• La rue a été bouclée par les forces de l’ordre qui ont effectué de nombreux prélèvements d’indices, notamment d’ADN : du sang frais a été retrouvé … Huit douilles ont aussi été retrouvées, selon Metropolitain.

•• Déjà, dans l’après-midi, dix à quinze individus armés de machettes, de couteaux et de barres de fer se sont battus, dans les rues du Plan Cabanes et notamment dans la rue Daru.

« Ils ont jeté de l’acide chlorhydrique, alors que des piétons se trouvaient dans la rue, une mère et sa fillette ont failli être aspergées de ce liquide très nocif qui occasionne de graves brûlures », révèle un témoin, faisant partie des 80 commerçants qui ont signé une pétition envoyée ces derniers jours au préfet de l’Hérault et au maire de Montpellier (voir Lmdt du 3 juin).

•• Des membres d’une des bandes qui sont affrontées pourraient être identifiés, deux ou trois d’entre-eux ayant été arrêtés l’année dernière après une course-poursuite nocturne par la Brigade  anti-Criminalité – BAC – du commissariat central de Montpellier, en flagrant délit de transport de drogue et de cigarettes de contrebande en provenance  d’Andorre. Ils avaient été libérés.

Depuis, ce clan rivaliserait avec des jeunes délinquants qui imposent leur loi dans le quartier du Plan Cabanes, du faubourg Figuerolles et de Gambetta.

Il n’est pas exclu que ces équipes de trafiquants se donnent une nouvelle fois rendez-vous, après la rupture du jeûne du ramadan, pour régler leurs comptes en pleine rue, toujours selon Metropolitain.