Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
20 Juin 2018 | Trafic
 

Le voile se lève un peu plus sur les coulisses de la revente de cigarettes de contrebande à Montpellier, après l’arrestation à Pignan (Hérault) d’un quadragénaire soupçonné d’être une véritable plaque tournante (voir Lmdt du 18 juin).

Les trois jeunes Ukrainiens – réveillés à l’aube par la police alors qu’ils faisaient étape sur place pour quelques heures avant de reprendre la route du retour – auraient servi depuis des mois de « mules », entre l’Ukraine et l’Hérault, pour des livraisons quasi hebdomadaires de centaines de cartouches par voyage, selon Le Midi Libre.

•• Une organisation donnant un aperçu du fonctionnement de ces nouveaux réseaux attirés par les gains toujours croissants que permet la hausse régulière du prix du tabac, en France comme dans d’autres pays européens. « On est sur des vraies méthodes de trafiquants de stupéfiants », explique une source proche du dossier. « Pour passer incognito et ne pas se faire repérer, ils multiplient les voyages anonymes, avec des quantités consistantes, mais pas démesurées. »

Selon les premières indications de l’enquête, les passeurs convoyaient environ 350 cartouches par voyage, cachées dans des voitures banales, immatriculées en Allemagne, Autriche ou Tchéquie. Rien qui attire l’œil sur les autoroutes européennes. « Le risque de contrôle est quasiment nul, car on n’est pas là sur des routes classiques de la drogue », précise une autre source.

Les cigarettes saisies à Pignan n’étaient pas des contrefaçons.

•• L’homme qui réceptionnait les voitures arrivant d’Ukraine est soupçonné d’écouler régulièrement la marchandise au sein d’épiceries (de jour et/ou de nuit) de Montpellier et d’autres localités héraultaises.

Un couple tenant une épicerie dans le centre-ville de Montpellier a également été placé en garde à vue.

•• L’enquête pourrait connaître d’autres développements : « nous ne communiquerons pas tant que les investigations sont en cours » a précisé aux médias Christophe Barret, le procureur de la République de Montpellier.

À suivre …