Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
14 Nov 2019 | Institutions
 

Aina Kuric, députée apparentée LREM de la Marne, a décidé de participer au « Mois sans tabac ». Si elle en bave, elle explique, dans L’Union, en quoi il est important que cette opération existe. 

« Cela fait une semaine et c’est très dur » confie-t-elle. « Hier, j’ai craqué, je suis allée acheter une cigarette électronique. Mais une cigarette électronique, est-ce tricher ? ».

« C’est un peu l’improvisation totale. Si j’avais réfléchi, je crois que je ne l’aurai pas fait. Chaque jour de plus sans cigarette est une victoire, cependant. » L’élue admet avoir commencé à fumer à l’âge de 15 ans et elle a arrêtée pendant quatre ans au moment de la naissance d’un enfant.

•• Elle s’est lancée dans le « Mois sans tabac » avec modestie, sa consommation étant d’un demi-paquet par jour : « je verrai bien si j’arrête. Aujourd’hui, cela fait une semaine, c’est toujours une semaine de gagnée. »

Les premiers jours tombaient sur un week-end, « c’était plus facile, j’étais moins stressée ». Après, le lundi, il y a eu le débat sur les quotas migratoires à l’Assemblée, « c’était plus dur de ne pas fumer ». Aina Kuric précise qu’elle a besoin encore d’avoir un paquet de cigarettes sur elle, même si elle n’a pas encore craqué.

•• Elle ajoute que c’est une très bonne chose que le « Mois sans tabac » existe : « on a toute une communauté solidaire avec nous. J’ai reçu des conseils sur les réseaux. Des personnes m’encouragent à tenir et les messages sont positifs. » Pour elle, l’addiction n’est pas une méconnaissance : « on sait bien que ce n’est pas bien de fumer, que c’est nocif pour soi-même et pour les autres. Ce n’est pas en nous disant que ce n’est pas bien que cela nous aide. »

•• Au moins, le « Mois sans tabac » est une démarche positive : « ce n’est pas une démarche d’interdiction, de jugement. L’addiction au tabac est une vraie maladie. Et quand on a un début de volonté pour arrêter, il faut capitaliser dessus. La différence, avec le Mois sans tabac, c’est que c’est moi qui décide d’essayer d’arrêter. » Voir aussi 13 et 1er novembre