Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
11 Oct 2017 | E-cigarette
 

Au lendemain du lancement du « Moi(s) sans tabac 2017 » (voir Lmdt des 9 et 10 octobre), l’association Sovape déclare, dans un communiqué, soutenir l’opération « pour aider les fumeursune priorité » et « en espérant vivement des résultats tangibles ».

Mais avant de signifier son soutien, l’association ne mâche pas ses mots tant sur le fond que la forme de la campagne.

« Le Mois Sans Tabac 2017 ressemble beaucoup à l’opération qui a été menée l’an dernier. Avec des tutelles uniquement institutionnelles – Santé Publique France, Ministère des Solidarités et de la Santé, Assurance Maladie – le ton reste ainsi dans la ligne traditionnelle de la lutte anti-tabac telle qu’elle est menée en France depuis des décennies.

•• Et l’association de dénoncer :

• « une communication graphique et un discours « infantilisant » vis-à-vis des fumeurs ;
• « des « kits pour les fumeurs » principalement constitués de « joujoux » et de conseils qui sont très loin des préoccupations et des besoins immédiats de la personne qui souhaite arrêter de fumer ;
• « une priorité donnée au parcours médical, présenté comme une nécessité, alors qu’en réalité, 95% des fumeurs ne souhaitent pas consulter un professionnel de santé pour sortir du tabagisme ;
• « une présentation des substituts nicotiniques également prioritaire lorsqu’il s’agit de pallier au manque de nicotine ;
• « une proposition sur la vape (cigarette électronique) encore beaucoup trop timide et frileuse ;
• le nouveau site Internet Mois Sans Tabac très touffu, avec un « marketing » orienté uniquement vers l’inscription alors que l’essentiel devrait être de diriger les fumeurs vers les solutions. »

Conclusion de Sovape : on est très loin de l’efficacité des britanniques et du site « Stoptober » (voir Lmdt du 22 septembre).

•• L’association regrette que « l’opération n’affirme pas plus fort la bien moindre nocivité de la vape par rapport au tabac, car les opportunités de rétablir cette vérité sont rares ».

Même si elle reconnaît « quelques progrès » sur la vape (voir Lmdt du 28 décembre 2016).

« Malheureusement, Sovape n’a pas été consultée pour l’élaboration des contenus du Mo(is) Sans Tabac, que ce soit pour la communication ou les « outils » à destination des fumeurs. Mais certaines de nos remarques pendant les réunions du Groupe de Travail Vapotage ont été entendues suite à l’opération de l’an dernier.

« Ainsi, nous pouvons constater cette année :
• « dans un certain nombre de documents, la cigarette électronique (nous aurions préféré « vape ») n’est plus seulement « signalée » mais elle  fait partie de l’ensemble des « solutions » possibles et proposées pour arrêter de fumer ;
• « dans la notion de « groupes », concept central de l’opération cette année « En novembre, on arrête ensemble », la vape dispose de son groupe Les Vapoteurs #MoisSansTabac, et que ce groupe a été confié à des citoyens ex-fumeurs, spécialistes de la vape et des réseaux sociaux. Ce sera le seul groupe qui n’est pas géré par Tabac Info Service et son agence de pub ;
• « les boutiques de vape spécialisées peuvent participer au Mois Sans Tabac en affichant

•• « Dans un esprit constructif, l’association Sovape souhaite interpréter ces quelques progrès comme un message positif de la part des pouvoirs publics et de Tabac Info Service en particulier ». Et déclare soutenir l’opération pour aider les fumeurs.

« Le Mois Sans Tabac doit pouvoir s’améliorer et l’association Sovape s’adressera à nouveau à Tabac Info Service pour participer aux préparatifs de l’opération 2018, en espérant, cette fois, compter parmi les consultants.

« En attendant, objectivement, dans l’opération Mois Sans Tabac, même si elle manque d’une présence « forte », la vape n’est pas dénigrée. Cette opération de communication nationale ne peut avoir qu’un impact positif pour inciter les fumeurs à tenter d’arrêter.

« Afin de maximiser leurs chances de réussite, Sovape invite les fumeurs, qui souhaitent essayer la vape pour tenter d’arrêter de fumer, à se rendre dans une boutique spécialisée pour trouver les conseils, les matériels et les produits de qualité. »