Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
17 Août 2020 | Pression normative, Profession
 

C’est la Mission Mégots qui prépare actuellement la mise en place en France d’une filière REP (Responsabilité élargie du Producteur), spécifique aux déchets-mégots, dans le cadre de la récente loi anti-Gaspillage pour une Économie circulaire.

Sachant que celle-ci anticipe la Directive européenne sur les plastiques à usage unique (voir 3 et 12 août 2020).

Mais puisqu’il s’agit de résoudre le problème des mégots jetés sur la voie publique, revenons sur quelques chiffres-clés nous permettant de bien mesurer les enjeux représentés par le sujet.

•• À L’ORIGINE … on estime qu’il y a 71 milliards de « cigarettes avec filtres » ou « filtres vendus séparément » qui sont consommés chaque année en France. Sachant que 30,1% des cigarettes proviennent du marché parallèle hors-buraliste (achats frontaliers, contrebande, contrefaçon / voir 18 juin 2020).

•• LE POIDS MOYEN d’un mégot sec est de l’ordre de 0,22 gramme. Donc l’ensemble des mégots correspondant à la consommation française, sur un an, représente un poids total de 15 700 tonnes.

•• LES ÉTUDES LES PLUS SÉRIEUSES et les plus poussées sont menées actuellement pour déterminer le nombre de mégots de cigarettes jetés négligemment et inconsciemment par terre après consommation. Elles seront connues dans les prochaines semaines. Sachant que nous sommes déjà dans un certain contexte de prise de conscience chez les fumeurs.

•• ILS SONT VISIBLES … les mégots : à l’unité, ils représentent généralement entre 25 % et 40 % des déchets sauvages au sol selon les sources. Mais en poids, ils ne pèsent que 0,34 % du tonnage total de ces mêmes déchets et détritus (étude d’impact de la Commission européenne dans le cadre de la Directive sur les plastiques à usage unique / voir 23 décembre 2018).

•• CONCLUSION (provisoire) : si le nombre des mégots apparaissant à l’œil nu sur le sol de l’espace public est toujours trop important, il est difficile d’imaginer en faire un « gisement » destiné à un autre usage après l’avoir collecté.

Si l’on veut régler sérieusement le problème, il importe d’avoir à traiter de moins en moins de mégots jetés par terre. Il faut apprendre « le bon geste » aux fumeurs : jeter son mégot dans un cendrier. Et nulle part ailleurs.

À suivre.