Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
21 Fév 2020 | Institutions
 

La nuit dernière, le regard perçant et lumineux de Michel Charasse s’est éteint à jamais.

Son caractère entier au service de hautes missions, ses exigeantes fidélités et convictions, tant politiques que philosophiques, en auront fait un grand personnage de l’actualité gouvernementale et parlementaire à partir des années 80.

Une silhouette churchillienne, le cigare compris, ajoutant à sa renommée. Car Michel Charasse était d’une nature telle qu’il ne s’épargnait aucune polémique. Y compris sur le tabac.

•• La presse de l’époque a abondamment raconté comment Michel Charasse, ministre du Budget … avait reçu, en 1990, les cinq « sages » préparant la fameuse loi Évin contre le tabagisme : dans son bureau, en fumant tranquillement son Havane.

Et comment … il avait ferraillé avec ce même Claude Évin pour défendre les cigarettes Chevignon de Seita ou pour maintenir la pub tabac sur les circuits automobiles.

•• En 1992, redevenu sénateur, il rejoignait les rangs de la Confrérie Jean Nicot.

•• Et, au titre de questeur, il avait reçu chaleureusement Michel Arnaud, président de la Confédération des buralistes à l’époque, dans la bibliothèque Médicis du Sénat, cigare à la main : « Monsieur le Président … Fabius vient de sucrer la vignette aux buralistes ! Désormais, vous devez vous préparer à tout ! ». Nous étions en 2000.