Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
26 Avr 2018 | Pression normative
 

Remarques en passant … sur cette histoire de prise en charge, par les producteurs, de la collecte et du recyclage des mégots (voir Lmdt des 24 et 25 avril 2018).

•• L’objectif parait difficilement atteignable. Des premières estimations évoquent 30 milliards de mégots jonchant le sol de notre pays.

Actuellement, seules certaines villes ont pris en charge le problème. Comme Paris, Bordeaux, Lille (voir Lmdt des 15 et 9 février 2018 ainsi que 3 octobre 2017).

Mais le Gouvernement s’est emparé du sujet, l’intègre dans sa politique écologique et de promotion d’une économie circulaire. La pression est mise.

•• La mise en place – volontaire ou pas – d’un dispositif REP (Responsabilité étendue du Producteur) sera forcément coûteuse.

Taxe ou « éco-contribution », il faudra bien que quelqu’un paie, au final. Les fabricants, certes. Mais difficile de ne pas imaginer une répercussion sur le prix du paquet au consommateur. En plus du paquet à 10 euros.

•• Mais qui est le vrai pollueur, au fait ? Le fabricant de la cigarette avec mégots ? Le fumeur négligeant ou irrespectueux ? Cela ajoute à la complexité du sujet. Et en appelle au véritable enjeu de l’information-sensibilisation du fumeur. Encore faut-il que l’on ne le stigmatise pas.

•• Il y aurait aussi moins de mégots, s’il y avait plus de cendriers … Autre dimension du problème.

Cela nous rappelle qu’en 2009 un fabricant proposait la mise en place massive de cendriers extérieurs, financés par une régie publicitaire. Le même fabricant – BAT, pour ne pas le citer – devait promouvoir ensuite une campagne visant à offrir des cendriers de plage (ou de poche, pour la montagne).

À l’époque, « Droit des non-fumeurs » (DNF) avait attaqué le fabricant en justice (pour promotion du tabac, même si aucun nom de marque n’apparaissait). Il avait été débouté.

Ironie de la petite histoire du tabac.