Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

Campagnes d’affichage, opérations de ramassage, etc. À Toulouse, les pouvoirs publics et les associations multiplient les actions contre les mégots de cigarettes. Et ce dimanche, a été lancé un #FillTheBottle géant : challenge qui consiste à remplir une bouteille en plastique avec les mégots trouvés par terre dans une rue, puis à partager la photo sur les réseaux sociaux (voir Lmdt du 11 août 2019). 

•• L’association Champ d’actions a, déjà, réalisé une cartographie des mégots qu’elle a remis aux services de la métropole. « Elle montre que les mégots ne sont pas éparpillés au hasard » explique Florence Ducroquetz, la présidente, dans La Dépêche du Midi.

« Ce n’est donc pas quelque chose d’impossible à régler. Sur le parking de certaines grandes surfaces, on a l’impression qu’il n’y a aucune réglementation. On en trouve également autour des lycées, des écoles. Pendant un moment, l’approche du Gouvernement était de dire qu’un cendrier risquait d’inciter les jeunes à fumer ! Dans certaines universités, on nous dit qu’il est interdit d’installer des cendriers sur les monuments classés. Il y a plein d’excuses … ».

•• L’an dernier, lors de son opération « Ramasse ton mégot », des bénévoles ont collecté 100 000 mégots, en deux heures, dans les rues de Toulouse. « Notre objectif est de sensibiliser sur l’ampleur du phénomène » poursuit Florence Ducroquetz, « nous voulons toucher les entreprises, les citoyens et les pouvoirs publics ».

•• Les élus de la métropole toulousaine affirment avoir pris la mesure du problème. « Pour certains, jeter son mégot est un geste anodin » note Emilion Esnault vice-président à Toulouse Métropole en charge de la propreté. « On a besoin d’expliquer qu’un mégot c’est sale, mais surtout polluant. Si la plupart des mégots jetés sont balayés, les autres, dès qu’il pleut, finissent dans la Garonne ».

•• Au programme :
200 nouvelles corbeilles de rue avec éteignoirs vont être installées ;
  50 000 cendriers de poche vont être distribués aux buralistes (voir Lmdt du 4 mars 2019) ;
300 affichettes « Ici le meilleur endroit pour écraser son mégot » déposées sur les poubelles ;
un courrier rappelant aux restaurateurs l’obligation d’installer des cendriers sur les tables devrait partir dans la semaine, etc.

Bientôt, et sur proposition de Champ d’actions, des plaques en fonte portant la mention « Ici commence la Garonne » vont être fixées près des bouches d’égout (voir Lmdt du 26 juillet 2018).

•• La brigade des incivilités, elle, verbalise les récalcitrants (68 euros). Depuis le début de l’année, un quart des infractions verbalisées sont des jets de mégot.