Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
12 Juil 2018 | Pression normative
 

À l’occasion d’un déplacement de la secrétaire d’État auprès du ministre de la transition écologique et solidaire, Brune Poirson, hier à Cap-Breton dans Les Landes, un communiqué a été émis que nous reproduisons intégralement (voir aussi Lmdt des 10 juillet et 14 juin).

« Après sa rencontre avec les industriels du tabac le 14 juin dernier, Brune Poirson, secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, alerte sur la pollution que génèrent les filtres et mégots de cigarettes. En déplacement sur les plages landaises à Capbreton, elle appelle au civisme de chacun.

Selon une récente étude de la Commission européenne, les mégots de cigarette seraient le déchet plastique le plus retrouvé sur les plages européennes juste après les bouteilles en plastiques.

•• « Malgré́ les 55 000 tonnes de tabac vendues en 2017 sur le marché́ français, les industriels du tabac échappent aujourd’hui au principe « pollueur-payeur » s’agissant des déchets génères par leur produit. En effet, contrairement à̀ d’autres secteurs comme les meubles, les bouteilles d’eau, les piles ou les emballages, il n’existe aujourd’hui aucune filière de responsabilité́ élargie des producteurs mobilisant les industriels dans la gestion de leurs déchets.

•• « Pour y remédier, Brune Poirson a rencontré́ les industriels du tabac le 14 juin dernier et leur a demandé́ de prendre des engagements volontaires pour la gestion de leurs déchets. Leurs propositions sont attendues pour septembre. Si elles n’étaient pas assez ambitieuses, le Gouvernement mettrait en œuvre une filière de responsabilité́ élargie des producteurs permettant des actions d’information, de prévention, de collecte et d’élimination des déchets de cigarettes.

•• « En parallèle de cette action, Brune Poirson accompagnée de Surfrider Fundation Europe est allée à la rencontre des Français en vacances sur les côtes landaises pour les sensibiliser à̀ cette pollution massive.

« Elle a ainsi déclaré : « J’attends avec impatience les engagements des fabricants de tabac qui doivent nous donner les moyens d’agir concrètement. Pour autant, il est nécessaire d’en parler d’ores et déjà̀ avec les fumeurs. Notre objectif est de leur faire prendre conscience de l’enjeu écologique, au-delà̀ du problème majeur de santé publique. Il faut qu’ils se rendent compte qu’à chaque mégot jeté́, c’est 500 litres d’eau qu’ils contaminent et c’est la nature qui trinque pendant 12 ans ».