Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
7 Juil 2019 | Pression normative
 

Ce mercredi 10 juillet, Brune Poirson, la secrétaire d’État à la Transition écologique et solidaire, présentera devant le Conseil des ministres sa loi antigaspillage pour l’économie circulaire, dont l’examen doit débuter fin septembre au Sénat.

Le point de départ d’un véritable changement de modèle, assure la ministre dans le Journal du Dimanche (édition papier de ce jour), qui promet de « mener une guerre contre la pollution plastique ».

•• Le projet de loi affiche donc des objectifs ambitieux : interdiction du plastique à usage unique dès 2020 ; 100 % de plastiques recyclés à horizon 2025 ; élargissement du principe pollueur-payeur …

Autre mesure forte, le retour de la consigne pour le plastique, et peut-être pour d’autres matériaux.

•• « Il y a de nouvelles filières à organiser et à contrôler. Des pans entiers de notre économie ne prennent pas en charge le traitement de leurs déchets, qui est donc supporté par les collectivités, donc par les impôts locaux : les articles de bricolage, de jardinage, de sport, les jouets, les mégots… Ça va changer (voir Lmdt des 6 et 21 octobre 2018).

« Demain, comme cela existe déjà sur les emballages, le mobilier ou les produits électroménagers, les entreprises devront s’organiser entre elles pour créer un éco-organisme qui gérera financièrement leurs déchets et les incitera à mieux concevoir leurs produits » déclare Brune Poirson.

•• Les résistances n’ont pas tarder à s’exprimer, sur la consigne des bouteilles plastiques notamment. Selon la Fédération des entreprises du recyclage (Federec), la mise en place d’une consigne de 15 centimes coûterait 250 millions aux consommateurs, affaiblirait le système de tri organisé via la poubelle jaune.

L’Association des Maires de France (AMF) a décidé de mener une bataille politique contre : « il n’y a pas eu de concertation sur le sujet. Avec la consigne, c’est 20 % de budget en moins pour les collectivités …nous aurons moins de déchets qui ont de la valeur, or ce sont  ceux-là que nous revendons ».