Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Déc 2019 | Observatoire
 

Deux entreprises girondines – Recycléo et Grès-de-Gascogne – ont uni leur savoir-faire pour développer une démarche de recyclage de mégots. Dans ce cas, le déchet encombrant pourrait disparaître dans un pavé de céramique : le Pavéomego.

•• D’un côté, Recycléo – petite société créée en 2017 et basée à Cestas, près de Bordeaux – collecte des mégots dans des contenants dédiés, des cendriers « nudge » (autrement dit « incitatifs ») installés dans des entreprises et des administrations.  Qu’en faire ensuite ? Il existe des filières, peu nombreuses, en France et en Angleterre, mais transporter les mégots a un coût et laisse une empreinte carbone …

Avec Grès de Gascogne et aussi la Fabrique artisanale de Tuiles et de Pavés, basée à Cézac (à une quarantaine de kilomètres de Bordeaux), Recycléo a pris l’initiative d’une mutualisation des ressources. Après la collecte et le tri, papiers, filtres et restes de tabac partent dans un processus de broyage et la matière obtenue (un gros mouton de poussière) est livrée aux Grès de Gascogne qui va la mélanger à l’argile de grès.

•• La fabrication du Pavéomégo repose sur la même recette que le pavé céramique qui a fait la réputation de la petite société girondine et qui orne de nombreux trottoirs. La proportion de détritus de mégots y reste faible. La première fournée a été réalisée il y a quelques semaines : le Pavéomego  est sorti du four.

Est-il indolore et inoffensif ? « Nous ne nous sommes pas lancés par hasard dans cette aventure » explique, à Sud-Ouest, David Louis, le patron de Recycléo.

« Il faut savoir que l’on estime à 2 500 les produits toxiques et dangereux contenus dans une cigarette. Nombre qui atteint 4000, une fois celle-ci fumée. Selon une étude scientifique, il a été prouvé que portés à une température de plus de 360 °C, ces produits perdent de leur toxicité et de leur dangerosité. Ici, mélangés à la terre cuite, nous les portons à une température de 1 050°C ». De plus, le prototype du Pavéomego va être soumis à un groupe de scientifiques.

•• Les deux entreprises bénéficient d’une aide financière de la Région et d’un appui du Pôle européen de la Céramique basé à Limoges. Il s’agit de faire une analyse comparative par rapport à l’incinération et l’enfouissement de mégots, mais également une analyse d’impact atmosphérique et des lixiviats (déchets de lessive), de la résistance mécanique ainsi que de la résistance au gel et à la chaleur du produit final.

Ce n’est qu’une fois la neutralité du prototype garantie que le pavé du fumeur pourra être commercialisé, au mieux pour le premier semestre 2020.  Les deux TPE ont été lauréates du concours Artisans Innovateurs 2019, de la Chambre de Métiers et de l’artisanat de Gironde, en novembre.