Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
22 Oct 2016 | International, Profession
 

BATC’est le début d’un processus d’acquisition qui pourrait se concrétiser – si cela se faisait effectivement – à l’été 2017. Un laps de temps correspondant à celui de la procédure de rachat de Lorillard par Reynolds (voir Lmdt des 28 janvier 2015 et 11 juillet 2014).

L’annonce par BAT de sa proposition de rachat de Reynolds, numéro 2 du marché américain (voir Lmdt du 21 octobre), marque un nouvel épisode dans la riche histoire des fusions entre géants mondiaux du tabac, initiée il y a une vingtaine d’années.

Ce qui a fait repartir, dans la foulée, les rumeurs concernant une opération sur Imperial Brands (voir Lmdt du 15 décembre 2015).

•• British American Tobacco (avec ses marques mondiales Lucky Strike, Dunhill, Kent, Rothmans, Pall Mall, etc.) qui possède déjà 42,2 % de Reynolds (Camel aux USA, Newport) a donc rendu public, ce vendredi, sa proposition d’acquérir les 57,8 % restants.

BAT offre 56,50 dollars par action Reynolds, proposant d’en régler 24,13 dollars en cash et 32,37 dollars avec ses propres actions. Soit une prime de 20 % par rapport à la valeur du titre Reynolds à la clôture de Wall Street, jeudi soir. BAT, actionnaire de Reynolds depuis 2004, y avait renforcé sa participation quand la fusion Reynolds-Lorillard s’est réalisée.

•• Dans son communiqué, BAT annonce créer ainsi un groupe « plus fort, de taille réellement mondial, consacré au tabac et aux produits de nouvelle génération ».

En fait, devenir le numéro 1 mondial.

Avec les objectifs affichés suivants :
• devenir le numéro 1 sur le marché américain du tabac qui reste, à l’exception de la Chine, la plus grande zone de rentabilité avec encore des perspectives de développement ;
• être un acteur important sur les marchés émergents à forte croissance en Amérique du Sud, en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie, tout en restant présent sur les « principaux marchés des pays développés » ;
• disposer d’un portefeuille unique de grandes marques ;
• combiner d’importants moyens de R&D afin de développer des gammes mondiales de produits de vapotage et de chauffage de tabac, destinés aux marchés où ces produits sont en forte croissance ;
• devenir le premier fabricant de tabac coté au monde, en termes de chiffre d’affaires et de résultats opérationnels.

•• Toutes premières réactions boursières, ce vendredi

• à Wall Street, l’action Reynolds a monté  de 13,85 %
• à la City de Londres, l’action BAT a cédé 2,85 %. Le coût de l’opération laissant, dans un premier temps, un certain nombre d’opérateurs sur leur réserve.

Alors qu’Imperial Brands a grimpé de 2,68 %. D’après l’AFP, « des investisseurs tablent sur le fait qu’un mouvement de consolidation général entraîné par l’initiative de BAT entraîne une possible offre d’achat ou de fusion de la part d’un autre géant du tabac sur Imperial Brands ».