Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
30 Avr 2020 | Profession
 

Philippe Coy était l’un des trois intervenants d’un débat sur les masques « grand public », organisé par BFMTV, ce mercredi 29 avril.

Aux côtés d’Alain Bazot (président d’UFC Que Choisir) et de la députée européenne Manon Aubry (France Insoumise).

Extraits de ses déclarations sur la démarche de la Confédération en la matière.

•• « La première étape sera de servir les professionnels de proximité, pour redémarrer une économie, pour aider à la reprise du travail … Le buraliste est un commerçant de proximité, il connaît son environnement … Et on fait confiance aux gens ».

•• « La sécurité, c’est bien évidemment un des éléments que nous avons retenu, avec des masques de la norme Afnor (…) Je rappelle que le réseau est ouvert à 90 % et que, depuis le premier jour du confinement, nous accompagnons les plus isolés de la vie sociale : nous avons distribué des milliers d’attestations de déplacement, gracieusement.

•• « L’opération « Masques » est là pour accompagner le déconfinement. Nous allons proposer 2 millions de masques dans un premier temps et nous allons bien sûr réapprovisionner le réseau ensuite. Je rappelle que ces masques sont réutilisables quinze fois, ce qui amène à un coût d’utilisation à 35 centimes ».

« Nous sommes un réseau de commerçants responsables : le prix autour de 5 euros sera respecté » a précisé Philippe Coy en réponse à une question de l’animateur sur d’éventuels dérapages en matière de prix.