Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
3 Mai 2020 | Observatoire
 

Un enchaînement bien orchestré : mercredi et jeudi derniers, les enseignes de la grande distribution ont fait la une. Carrefour, Leclerc, Intermarché, Système U, Lidl … annoncent, avec pertes calculées et fracas organisé, des offres de masques chirurgicaux à prix sans concurrence.

•• Colère immédiate des professionnels de Santé. Les ordres nationaux (des médecins aux pharmaciens) réagissent par un communiqué titré « les masques tombent ». Très dur : « Aujourd’hui, la consternation s’allie au dégoût. Toute guerre a ses profiteurs ». Rappelons que le secteur médical s’est retrouvé, par intermittence, à court de masques chirurgicaux et FFP 2 depuis le début de la crise sanitaire.

•• Colère froide des buralistes, lesquels – grâce la Confédération – ont fait preuve de leur réactivité en commandant des masques grand public en tissu réutilisables, dès le 24 avril pour certains, avant de se retrouver sous la pression des consommateurs le temps que leur lot arrive.

Sachant qu’ils ne peuvent se permettre de casser les prix comme la grande distribution. Et que le premier stock de la Confédération correspond à 2 millions de masques en tissu (voir 2 mai).

•• Mais regardons bien en quoi consistent vraiment ces annonces des grosses   enseignes. Car à regarder de plus près, il y a de quoi relativiser :

Carrefour : 10 millions de masques chirurgicaux à usage unique pour commencer. Après le 11 mai et « progressivement », sans préciser d’échéances : 175 millions de masques toujours à usage unique et 50 millions de masques en tissu.

Leclerc : « l’annonce » porte sur une « commande » de 170 millions de masques chirurgicaux à usage unique. « Mais nous n’avons pour l’heure qu’un stock minimum » (Michel Leclerc / Journal du Dimanche-JDD du 3 mai).

Casino : annonce de masques chirurgicaux. Pas de masque en tissu pour le moment. « Les équipes travaillent à trouver des fournisseurs » (Le Parisien du 2 mai ).

Franprix : 1 million de masques chirurgicaux annoncés pour commencer. 100 000 masques tissu pour le 11 mai.

Intermarché : 90 millions de masques chirurgicaux à usage unique sont annoncés. Pour le moment, le client doit au préalable réserver par Internet. Les masques en tissu pour plus tard.

Lidl : 100 millions de masques chirurgicaux « ont été commandés ». Les masques en tissu, plus tard.

Monoprix : « Il y en aura suffisamment pour tous les clients », sans autre précision.

Système U : 10 millions de masques chirurgicaux à usage unique pour la première vague.

Commentaire d’« un acteur important de la filière » (anonyme) dans le JDD : « certains ont voulu jouer les marioles en se lançant dans un concours. C’était à celui qui afficherait le plus de masques, alors que les difficultés des services de santé, dans le même temps, étaient connues … et on passe tous pour des guignols ».