Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
25 Jan 2019 | Trafic
 

Vols, braquages, agressions : les personnels de l’enseigne Lidl du quartier des Puces, dans le centre de Marseille n’en peuvent plus. Le magasin, fermé depuis le 5 janvier, va rouvrir lundi avec de nouvelles mesures de sécurité. Avant un déménagement tout près en espérant s’éloigner des revendeurs de cigarettes.

Rien que sur les six derniers mois, les salariés ont vécu un premier braquage en juillet, un second hyper-spectaculaire et médiatisé en septembre, lequel avait déjà entraîné une fermeture, et enfin un double passage à tabac sanglant. « Sans compter les voleurs que nos quatre vigiles arrêtent au sein de l’établissement chaque semaine », explique le directeur régional dans La Provence (édition 23 janvier).

•• Selon André Coudert, propriétaire du terrain des Puces, « la situation est très tendue depuis deux ans, notamment depuis que les quartiers de Noailles et de la porte d’Aix ont été nettoyés des vendeurs de cigarettes, qui se sont rabattus chez nous. Mais ça s’est fortement dégradé et depuis 6 mois, notamment vers Lidl, ils vivent l’enfer, parce que cette trentaine de vendeurs attirent aussi des minots sans papiers, pickpockets et violents ».

•• La police nationale promet, elle, un renforcement des patrouilles, surveillances visibles ou non, et autres opérations coordonnées, même si « le problème c’est que les vendeurs de clopes n’ont qu’un rappel à la loi et sont rapidement de retour », commente un haut gradé.

•• Comme prévu, à l’occasion des grands travaux sur le marché aux Puces, le Lidl pourrait déménager à quelques encablures.

« J’ai demandé à la préfecture, à Euromed et à la mairie d’accélérer le mouvement », assure la sénatrice PS Samia Ghali, « afin que ce magasin et ses salariés ne soient plus pris en otage sur ce territoire ». Le directeur régional de Lidl, qui assure que l’enseigne est en capacité de construire un magasin en quatre mois, espère un déménagement fin 2019.

•• « Ceci dit, cela ne changera pas grand-chose. Depuis des années cette zone est ingérable », assure un policier connaisseur du marché, « rien ni personne n’y fait rien. Du coup, c’est à se demander si tout le monde est impuissant face à cette situation ou si tout le monde s’en fout ! ».

Voir Lmdt des 2 janvier et 4 octobre 2018 ainsi que 28 décembre 2017)