Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

TraditabMarisol Touraine est devenue un cauchemar pour la PME de Tonneins, Traditab, qui produit du tabac 100 % « Sud-Ouest » (tabacs à pipe, à rouler et, depuis le début de l’été, des cigarettes). Entre paquet neutre et picto « femmes enceintes », l’entreprise craint pour son activité et ses projets de développement. Son directeur, Jérôme Duffieux, s’en est expliqué au quotidien Sud-Ouest, ce samedi 7 mars.

« Je ne m’élève pas contre les politiques de santé publique mais il faut faire attention à des mesures qui ne limiteront pas la consommation et qui conduiront les gens à acheter ailleurs », assure Jérôme Duffieux, « la Directive européenne  avec des photos chocs qui recouvriront 65 % des paquets de cigarettes, il faudra faire avec …mais avec les paquets génériques, nous ne pourrons pas exprimer notre différence. Les petits fabricants ne seront plus identifiés ». Traditab ne veut pas rentrer dans l’anonymat (voir Lmdt du 3 octobre 2014).

Autre souci, l’apposition du pictogramme afin de dissuader les femmes enceintes de fumer : « ça ne rime à rien, il y a déjà écrit en gros « Fumer tue »! Mais le problème est qu’on va nous l’imposer dès août 2015, alors que nous avons déjà commandé nos paquets pour une année entière. Si nous n’obtenons pas de dérogation, il va falloir tout jeter, ce qui va nous coûter 80000 euros, le salaire annuel de deux personnes à Traditab … ».

Jérôme Duffieux compte en toucher un mot aux parlementaires lot-et-garonnais, d’autant que son entreprise marche bien. Créée en 2008, Traditab a d’abord été hébergée à la pépinière d’entreprise de Vénès et travaille un tabac de qualité, à base de variétés produites dans le Sud-Ouest. Les mélanges mis au point sont assemblés en Belgique. Pour le tabac à rouler, commercialisé sous la marque «  1637 » et le tabac à pipe brun, la progression en volume est significative : 5 tonnes vendues en 2008, 131 tonnes en 2013 et 182 tonnes en 2014. L’activité « cigarettes », lancée l’an dernier (voir Lmdt du 27 avril 2014), reste encore complémentaire avec six tonnes.

Avec un chiffre d’affaires passé de 2,5 millions d’euros en 2012 à 6 millions en 2014, la PME est en mesure de financer son développement. Cette semaine voit le renforcement des équipes (23 salariés dont 17 commerciaux visitant 14 000 des 26 000 buralistes de France), avec un responsable marketing et un responsable « matières  » , pour mieux suivre l’élaboration des mélanges; alors que l’entreprise  espère, à terme, recruter sept à huit commerciaux supplémentaires.

Traditab envisage aussi de créer une autre unité de production en Lot-et-Garonne, l’usine belge étant au maximum de ses capacités. Et aussi de se doter d’un laboratoire et à terme de déménager (du côté de Tonneins) pour réunir au même endroit usine, bureaux et un lieu d’accueil sur l’histoire du tabac. A condition que « Marisol » laisse la petite entreprise souffler un peu.