Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
16 Août 2018 | Profession
 

Situation atypique à Pontivy (Morbihan) où les adeptes de la cigarette électronique sont apparemment de plus en plus nombreux dans les boutiques spécialisées. Alors que les buralistes ne constatent pas de baisse de vente du tabac traditionnel.

C’est ce que raconte Le Télégramme du 13 août.

•• Au cœur du centre de Pontivy (ndlr : 23 000 habitants avec les alentours) trois boutiques de « vape » se partagent le marché : « il y a une augmentation constante du nombre de clients, et on en accueille de nouveaux tous les jours (…).

« Environ 15 % de mes clients arrêtent le tabac, puis le vapotage » souligne le patron d’Écocenter.     « Avec les patchs et autres substituts, c’est à peine 2 % ! Peu importe les résultats, on a toujours des retours positifs ».

•• Côté buralistes, on voit encore la situation d’une façon différente : « nous n’avons pas la sensation que les ventes de tabac baissent », souligne Valérie des Trois Piliers. « Après la hausse des prix du paquet de cigarettes en mars, il y a eu quinze jours de moins bien. Mais les ventes sont reparties de plus belle. Cependant, on redoute la prochaine hausse, qui pourrait faire fuir beaucoup de clients … »

Pour son collègue Thomas Pellerin : « on vend toujours autant de tabac, voire plus » explique le jeune homme au journal. « De toute façon, un fumeur ne s’arrêtera pas de fumer comme ça, peu importe le prix du paquet. Il y a deux types de fumeurs : le fumeur compulsif, pour qui il sera plus facile de stopper la clope ou passer à la cigarette électronique, et le fumeur accro à la nicotine. Pour ces derniers, les sensations procurées par l’e-cigarette sont loin d’être suffisantes ! »