Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
10 Juin 2016 | Trafic
 

Silence Censure« 27,1 % des cigarettes fumées ne viennent pas de chez un buraliste ! » 

« La France gagne l’Euro de la contrebande et de la contrefaçon »

« 4 milliards d’euros de recettes fiscales qui partent en fumée »

•• Voilà les titres que l’on aurait pu s’attendre à lire dans les grands médias à la parution du dernier rapport KPMG qui révèle le triste record d’un marché parallèle du tabac à 27,1 % en France pour 2015 (voir Lmdt du 9 juin).

Au lieu et en place, un modeste article relayé en page 21 des Échos, une seule dépêche AFP (voir Lmdt du 8 juin), une poignée de reprises dans les radios (RTL et Europe 1, une seule fois, notamment) et des notules éparses dans la presse quotidienne régionale. Espérons que l’on ne s’arrêtera pas là, car ces retombées presse n’ont rien à voir avec le bombardement médiatique connu, il y a deux ou trois ans, avec d’autres sujets, intéressants certes, mais objectivement moins graves, osons le dire : le lobbying des fabricants à Bruxelles ; des buralistes parisiens pris en flagrant délit de vente aux mineurs, etc.

Comme si la réalité du marché parallèle, révélée et décortiquée par les données de l’étude Sun, était devenue, en raison de nouveaux codes médiatiques, un sujet tabou. Tel le tabac tout court.

•• Et comme la presse n’a pas vraiment lancé le buzz, le thème ne saurait être abordé par les politiques.

À l’exception du député socialiste Frédéric Barbier (voir Lmdt du 8 juin). Que l’on soit d’accord avec ses conclusions ou non, lui au moins, a réagi.

Sinon, silence complet. Y compris parmi les « amis » des buralistes.

•• Ne pas réagir sur les chiffres consternants qui viennent de tomber – en nous révélant l’irrésistible ascension du marché parallèle – c’est aussi prendre une responsabilité sanitaire gravissime à l’égard des fumeurs qui s’approvisionnent par ce biais.

À moins de nier carrément l’existence de ce marché parallèle pour mieux oublier ces fumeurs-là ?

Et pourtant, ils existent les fumeurs clients du marché parallèle. De plus en plus nombreux. Et encore plus, quand les paquets neutres officiels – ces paquets qui sonneront faux à force d’être dénaturés – seront violemment concurrencés par de « vrais paquets » issus  des pays voisins.