Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
21 Juin 2020 | L'essentiel, Profession
 

Le mois dernier, nous avions souligné les disparités du marché du tabac sur le mois d’avril (voir 25 mai). Nous rééditons avec les chiffres de mai, autre mois atypique de confinement / fermetures des frontières.

•• Sachant que le marché officiel du tabac de ce mois de mai s’est soldé, pour toute la France, par un recul de -0,7 % en volume, tous produits confondus, source Logista (voir 9 juin). Mais les contrastes entre départements frontaliers et les autres y sont toujours spectaculaires quoique s’exprimant dans une mesure moindre (comparaisons en volume entre mai 2020 et mai 2019).

•• Les 10 plus fortes hausses :

Ariège : +60 %
Pyrénées-Atlantiques : +50 %
 Ardennes : +46,4 %
 Bas-Rhin : +42 %
 Hautes-Pyrénées : +37,1 %
 Nord : +35,1 %
 Meuse : +32,5 %
 Haute-Garonne : +27,2 %
 Haut-Rhin : +27 %
 Vosges : +26,1 %

•• Les 10 plus fortes baisses :

Haute-Corse : -29,6 %
 Corse-du-Sud : -28,7 %
 Paris : -27,7 %
Allier: -23,4 %
 Lozère : -14,5 %
 Loire : -14,4 %
 Cher : -13,5 %
 Mayenne : -13 %
 Loir-et-Cher : -12,3 %
 Indre-et-Loire : -12,3 %

•• Reste qu’au-delà des mois exceptionnels d’avril et de mai, la tendance du marché français du tabac reste baissière en volume sur les 5 premiers mois de l’année (avec les hausses de prix de mars et mai).

marché global : -4,2 %
 cigarettes : -7,5 %
 tabac à rouler : +12,5 %
 cigares / cigarillos : -7,3 %

(Précisons que le tabac à rouler a été particulièrement vendu, en zones frontalières, pendant le confinement ).