Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
9 Avr 2017 | Profession, Trafic
 

De 14 heures à 16 heures, ce dimanche 9 avril, un peu plus de 250 buralistes ont établi un barrage filtrant au lieu-dit le Mont-Noir, juste à la frontière belge. À une trentaine de kilomètres de Lille. Sous un soleil radieux et sans incidents.

•• Le Mont-Noir. Quelques routes y accèdent dans un cadre bucolique. Un carrefour et on redescend côté belge sur ce haut-lieu des achats frontaliers, archi-connu de toute la population du Nord qui ne saurait être indifférente à l’attrait des prix pratiqués sur le tabac et l’alcool. Faire un voyage là-bas – de temps en temps ou très régulièrement – est une coutume, quasiment.

•• C’est ce qu’ont pu constater sur place les manifestants qui ont « filtré » une file ininterrompue de véhicules français rentrant de Belgique avec leurs provisions.

Le trafic transfrontalier n’étant plus, en l’occurrence, un thème de mécontentement syndical mais une réalité palpable et mesurable en grands seaux de tabac à rouler ou à tuber, essentiellement.

« Ce sont des acheteurs manifestement habitués et qui semblent avoir basculé complètement dans un système économique et social parallèle, quitte à en tirer des ressources en revendant » nous faisait remarquer un élu, particulièrement connaisseur de ces nouveaux usages de consommation dans une France qui souffre déjà depuis un certain temps.

Moments de tension : quand un certain nombre de piétons ayant garé leurs véhicules dans la campagne environnante ont traversé les rangs des manifestants en brandissant leurs sacs pleins de pots de tabac. Triste défi. Réponse calme – et à saluer… – des buralistes. Les forces de l’ordre n’ont pas eu à intervenir.

•• Malgré cela, le rassemblement a gardé son caractère convivial et animé : slogans, pétards, banderoles, fumigènes et odes à Marisol … Les médias présents en ont eu plein la vue et les oreilles.

Un tract était distribué : « dans nos quartiers et nos campagnes, 1 paquet sur 3 vient de Belgique. Il est temps d’agir ! Pour un grand plan de lutte contre le marché parallèle du tabac ! ».

•• Patrik Falewee (président de la fédération des buralistes du Nord) s’est bien occupé de toute la logistique avec son équipe et a su accueillir ses collègues en compagnie d’autres administrateurs de la Confédération : Gérard Vidal (président de la commission ventes transfrontalières et marché parallèle), Philippe Coy, Laurent Mazal, Bernard Gasq, Sophie Lejeune, Didier Reboulet, Jean-Francois Vigouroux,  Sylvain Hodicq, François Guilbert, Joël Delbove.

Car, venues en témoignages de solidarité, il y avait sur place des délégations venant des fédérations Ile-de-France (Paris, Essonne, Yvelines, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne, Seine-Maritime/Le Havre) et Midi-Pyrénées/ Occitanie (Haute-Garonne, Tarn-et-Garonne, Lot, Ariège, Pyrénées-Orientales, Hérault/ Béziers, Aude, Gers, Hautes-Pyrénées, Aveyron) ainsi que des chambres syndicales suivantes : Hérault/ Montpellier, Allier, Loire, Loire-Atlantique, Ille-et-Vilaine, Drôme, Saône-et-Loire…et on nous excusera pour les omissions.

•• Si, à ne pas oublier : la présence du député Thierry Lazaro et de la conseillère départementale Marie-Hélène Quatreboeufs, élus LR, et d’un représentant local du mouvement « En Marche ! ».