Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
4 Oct 2017 | L'Info
 

De RTL à BFM, en passant par France 2 et CNews, remarquable couverture médiatique ce matin, de la manifestation des buralistes, prévue à la mi-journée, et de son prologue sous la forme d’opération escargots sur le périphérique et dans Paris (voir Lmdt de ce jour).

Quelques extraits :

•• Gérard Vidal (président de la commission marché parallèle et ventes frontalières de la Confédération) sur RTL : « jusqu’ à maintenant, toutes les politiques de santé en matière de tabagisme sont passées à côté du sujet.

« Quand vous annoncez que le paquet va passer à 10 euros, alors que dans les pays limitrophes il est à 5 euros, je peux vous dire que, toute la journée, les clients nous annoncent qu’ils vont aller de l’autre côté de la frontière. Par exemple, mon établissement est au pied des Pyrénées et à Andorre le paquet le plus vendu en France y est à 3 euros …

« En augmentant les prix, le gouvernement va créer des emplois … mais chez les trafiquants.

« Si on veut une politique de santé efficace, il faut que les prix soient à peu près identiques en Europe et que le tabac n’y circule pas librement. »

•• « Ils mettent le paquet contre la Santé » titre Le Populaire à propos des buralistes de Corrèze, Haute-Vienne, Creuse, Lot et Indre montant sur Paris.

•• Alain Lirola (président des buralistes de Pyrénées-Orientales) sur Vià Occitania : « si la politique de hausse des prix du tabac avait fait baisser le nombre de fumeurs ne serait-ce que de 10 % … je ne serais pas là en train de vous parler, croyez-moi. Mais le résultat, c’est zéro ! Il y a autant de fumeurs maintenant que dans les années 2 000, alors que le paquet est passé de 3 à 7 euros.

« Dans notre département qui touche l’Espagne, le nombre des buralistes est passé sur cette période de 260 à 150. Avec le paquet à 10 euros, nous ne serons plus que 100. »

•• Jean-Luc Renaud (secrétaire général de la Confédération), sur Europe 1, dresse un bilan de la réduction du réseau, avant l’arrivée du paquet à 10 euros : « depuis 2003, on a déjà perdu 8 000 buralistes dont les deux tiers en zones rurales et dans les petites villes. »

•• Yves Benamou (buraliste à Toulouse), sur RMC : « en dix ans, j’ai perdu un quart de ma clientèle qui va maintenant s’approvisionner dans la rue. Avec le paquet à 10 euros, acheter des cigarettes sur le marché parallèle va devenir un sport national. »

•• Christian Muret (président des buralistes de l’Ain) dans Le Progrès : « il faut intensifier la lutte contre le marché parallèle et les achats frontaliers ainsi que mettre en place une harmonisation européenne des prix. Sans cela, nous allons subir une politique qui a déjà provoqué une centaine de fermetures dans l’Ain en 10 ans. »