Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
18 Jan 2020 | Profession
 

Une grande consultation nationale sur la sécurité est en marche depuis le 14 janvier sous l’impulsion des préfets.

Des citoyens, des acteurs économiques, des professionnels de la sécurité et des élus locaux sont appelés ainsi à contribuer, dans chaque département, aux Assises territoriales de la Sécurité en participant à des réunions et en répondant à des questionnaires.

L’objectif est de nourrir la réflexion autour du futur livre blanc de la sécurité intérieure, annoncé par Édouard Philippe en juin dernier, lors de son discours de politique générale.

•• Dans le Maine-et-Loire, une première réunion s’est tenue, le 14 janvier, autour de la sous-préfète de Segré, Marie Mauffret-Vallade, et du colonel de gendarmerie.

Tel que le raconte Ouest-France, cette réunion a permis de faire le point sur les relations entre la gendarmerie et ses « partenaires réguliers » (police municipale, sociétés privées de sécurité, buralistes, autres commerces) et de réfléchir à d’éventuelles pistes d’amélioration pour mieux coopérer.

•• Créée en 2019 à l’initiative du Groupement de Gendarmerie départementale, l’application Vigie permet, par exemple, aux buralistes et agriculteurs d’être informés dans les meilleurs délais en cas d’actes de délinquance à l’égard d’un collègue (vol, faux billets…).

Président des buralistes de Maine-et-Loire, Jean-Philippe Perot est intervenu pour témoigner de l’efficacité de l’application. Elle pourrait être étendue, à l’avenir, en zone police.

De plus en plus développée, la vidéo-protection satisfait elle aussi ses utilisateurs.

•• Au terme de ces échanges, le colonel Dubois a dressé un tableau positif : « un continuum de sécurité existe déjà dans le Maine-et-Loire ».