Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
12 Déc 2020 | Trafic
 

Avis aux contrebandiers de vocation récente. Quand la Gendarmerie met les moyens, on finit toujours par se faire serrer.

Tout au long de cette année, un jeune homme des Bois-d’Anjou (à 37 kilomètres d’Angers) avait – à onze reprises – fait l’aller et retour entre son domicile et le Luxembourg (sauf les deux mois de confinement) pour y acheter du tabac qui était revendu dans la campagne à proximité.

•• Sauf que cette lucrative activité a fini par venir aux oreilles des gendarmes. Lesquels ont procédé à des écoutes téléphoniques et ont utilisé un dispositif de géolocalisation de sorte à accumuler des preuves avant de suivre le suspect à la trace (voir 15 novembre).

Lors de son voyage de novembre dernier, les enquêteurs l’attendaient au retour. Dans sa voiture remplie à ras bord, pas moins de 398 pots de tabac ont été dénombrés, soit 124 kilos de tabac. Le ticket de caisse d’un magasin du Luxembourg, retrouvé sur lui, faisant état d’un achat de près de 15 000 euros.

•• Il était difficile, dès lors, de nier une activité de contrebande mais il s’est avéré plus compliqué de trouver les preuves des dépenses des autres voyages. Le mis en cause a néanmoins collaboré en disant avoir, dans un premier temps, investi les 1 200 euros de son treizième mois puis il a prétendu qu’ il  réinvestissait à chaque fois tout, y compris les bénéfices.

Devant le tribunal d’Angers, ce trafiquant des champs a été condamné à 3 mois avec sursis et une amende de 59 667 euros correspondant aux quantités saisies lors du dernier voyage.