Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

Entre les partisans de l’interdiction de fumer en terrasses et ceux qui veulent conserver ce droit, deux camps se sont mesurés, ce mercredi matin 30 janvier, à la Chambre des députés (voir Lmdt du 29 janvier).

Et la neige, qui a retardé la séance et vidé la salle à moitié, n’a pas refroidi l’ardeur du débat.

•• Si le plaidoyer de Daniel Reding, auteur de la pétition pour l’interdiction, a suscité des réactions favorables parmi les députés, il n’aura pas convaincu le nouveau ministre de la Santé, Étienne Schneider, qui a déclaré que le gouvernement n’avait pas l’intention de mettre en place de nouvelles réglementations.

Une déclaration à laquelle Daniel Reding a réagi avec ironie et véhémence en félicitant l’organisation professionnelle de l’hôtellerie-restauration, l’Horesca, « pour son lobbying » et en suggérant que le gouvernement luxembourgeois était « à la limite de la non-assistance à personne en danger ». Avant d’interpeller les députés, sur la même veine, en les appelant à « faire preuve de courage politique ».

•• L’argumentaire de Maria Carella (pour le droit de continuer à fumer aux terrasses) a surtout amené la députée Josée Lorsché à remettre en cause l’intérêt de débattre … d’une interdiction qui n’est pas en vigueur.

•• En fait, il semble que ces échanges aient ouvert la voie à un éventuel compromis. Plusieurs possibilités ont été mentionnées comme le fait d’interdire le tabac aux terrasses pendant les heures de repas ; ou de laisser le choix aux restaurateurs ; ou encore de partager les terrasses en espace fumeur et non-fumeur.

Alain Rix, président de l’Horesca, s’est dit prêt à ouvrir le dialogue.

Les députés devraient se prononcer dans les jours à venir.