Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
19 Déc 2019 | International
 

Ils n’aiment pas trop dévoiler les quantités de cigarettes et de tabac à rouler qu’ils passent chaque jour au-dessus de leur comptoir …

Pourtant, d’après les témoignages recueillis auprès des employés de stations-services frontalières avec la France, ces quantités « ne cessent d’augmenter ». Le Quotidien, édité au Luxembourga mené l’enquête.

•• Il est révolu le temps où la vente de carburant couvrait les frais de personnel, c’était une règle pour quasiment toutes les stations-services du Grand Duché. Même l’alcool, c’est fini : les grands groupes alimentaires français ont réussi à s’aligner sur les prix luxembourgeois et même à vendre moins cher.

Alors il reste … le tabac et les Français qui viennent en nombre se ravitailler : « on survit grâce à eux » confie une employée.

•• Et même très bien … Ainsi, comme le révèle le média luxembourgeois, certaines rentreraient pour 100 000 euros de cigarettes chaque semaine dans leurs rayonnages, pour écouler en un jour ce que d’autres, dans le pays voisin, vendent en un mois. Face au succès du tabac à rouler qui se vend par seaux, certaines marques fournissent gratuitement les tubes à remplir. Pour 500 grammes achetés, 1 000 tubes offerts.

•• Au total, la vente des produits de tabac devrait générer des recettes à hauteur de 775 millions d’euros (dont 170 millions d’euros de TVA) dans les caisses de l’État luxembourgeois pour 2019.