Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
8 Oct 2019 | International
 

Jusqu’à maintenant, un flou juridique a permis à des boutiques de CBD de prospérer au Luxembourg.

Mais à partir du 1er décembre, une taxe de 50,18 % – équivalente à celle du tabac – va être prélevée sur le prix de vente du CBD, distribué jusqu’à présent sous la dénomination de « thé ou de cannabis industriel ».

De plus, pour exploiter un commerce de CBD, il faudra désormais un entrepôt, une garantie bancaire ou la vignette « 108 » concernant l’enregistrement professionnel.  Dans Le Quotidien, les propriétaires de CBD-shops montent au créneau.

Ils n’apprécient pas que le CBD soit taxé autant « qu’un produit qui tue » et encore moins d’avoir été prévenus « au dernier moment » de la mesure ainsi que des nouvelles procédures qui en découlent.

« Cela aura pour conséquence l’arrivée des grands groupes de vente de CBD et des lobbies au Luxembourg. Ils peuvent se permettre de faire de toutes petites marges au gramme. Ils ont beaucoup plus de pouvoir d’achat » explique Christophe Tamai, patron de la Cannathèque, un des premiers points de vente de CBD au Luxembourg.

« Certains sont déjà distribués dans les stations-services ou les librairies / presse.  Les petits commerces comme nous ne peuvent se permettre de telles marges. Nous n’achetons pas les mêmes quantités qu’eux aux producteurs. La concurrence va être très rude. Il sera difficile de survivre à cette taxation. »

(Voir aussi Lmdt des 3 septembre, 13 août et 30 mai)