Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

Digne d’un roman à suspens. 

Le 24 juillet dernier, conformément à une procédure prévue par la constitution, une pétition concernant l’interdiction de fumer sur les terrasses des restaurants était publiée avec l’objectif d’atteindre les 4 500 signatures requises pour ouvrir un débat public à la Chambre du Grand-Duché. 

Mais, surprise … les fumeurs se sont rebiffés. Et depuis, deux contre-pétitions pour maintenir l’autorisation de fumer sont venus troubler le jeu.

•• Au Luxembourg, s’il est interdit de fumer dans les cafés et restaurants, les terrasses restent accessibles aux fumeurs. D’où une pétition, lancée par les milieux anti-tabac, pour interdire de fumer sur les terrasses des restaurants. Le thème : « pas de fumée dans nos assiettes, ni l’hiver à l’intérieur, ni l’été à l’extérieur ». La pétition ne vise pas les terrasses des bars.

La pétition a démarré fort, avec 600 signatures quelques heures après sa mise en ligne. Une semaine avant la clôture, le cap des 4 000 signatures était franchi. Et dans la soirée de ce mardi 4 septembre, le cap  des 4 500 a été atteint de justesse.

•• Contre toute attente, une contre-pétition est venue alors aviver le débat … déjà assez chaud sur les réseaux sociaux. Et pourtant, selon la réglementation, il est interdit de déposer une pétition contre une autre pétition ; ou, du moins, la commission des pétitions peut rejeter purement et simplement la pétition contradictoire.

En l’occurrence, ladite commission a demandé au dépositaire de la contre-pétition de la reformuler.

•• Une seconde pétition, favorable au maintien du droit de fumer sur les terrasses, devrait donc être publiée, au nom de la lutte contre la discrimination envers les fumeurs.

Les politiques n’ont pas, jusqu’à présent, pris part au débat. Mais les élections législatives du 14 octobre se profilent. À suivre.