Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
13 Août 2019 | International, Observatoire
 

Au Luxembourg, le cannabis médical est déjà autorisé et la possession d’une certaine quantité de cannabis récréatif n’est pas pénalisée. En revanche, cultiver, acheter et vendre le cannabis récréatif est prohibé. Mais on sait que sa légalisation est déjà en bonne voie (voir Lmdt des 30 mai 2019 et 18 décembre 2018).

Dans une interview à Politico.eu, Étienne Schneider, ministre de la Santé du pays, explique comment il veut devenir le premier pays de l’Union européenne à légaliser complètement le cannabis.

•• « Il s’agit d’une question de santé publique » estime le ministre dans son entretien. Selon lui, les jeunes obtiennent déjà de l’herbe sur le marché noir et entrent en contact avec des dealers qui vendent des produits de qualité inconnue. Ils ont ainsi accès à de plus en plus de produits dangereux.

« La législation sur la drogue que nous appliquons depuis 50 ans n’a pas marché (…) Interdire les produits les a rendus plus attrayants aux yeux des jeunes », estime-t-il encore.

•• Alors il faut légaliser … Mise au point avec l’aide du ministre de la Justice, la nouvelle réglementation délivrerait des licences de production, réglementerait la consommation, interdirait la culture domestique et imposerait un âge minimum (18 ans) à l’achat.

Mais, toujours selon ses déclarations, il n’est pas question de mettre en place des coffee-shops comme aux Pays-Bas (oui, mais comment le produit va-t-il être distribué ? / ndlr) et les étrangers n’auraient pas le droit d’acheter pour « limiter le tourisme du cannabis » (cela ne se passerait donc pas comme pour le tabac ? / ndlr).

•• « Légaliser le cannabis, c’est complexe, ce n’est pas seulement dire que la substance est désormais légale » détaille-t-il, « il faut réguler le marché, imposer des taxes, et des contrôles de qualité ». Cette réglementation sur le cannabis récréatif devrait être finalisée, avant adoption, pour fin 2019.

Étienne Schneider ajoute qu’il voudrait que d’autres pays européens l’imitent et qu’il a des contacts sur le sujet avec d’autres ministres de la Santé : « j’aimerais que nous adoptions tous une plus grande ouverture d’esprit concernant la drogue. »