Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
15 Déc 2016 | Institutions
 

Non il ne s’agit pas de Marisol Touraine. Ni de Michèle Delaunay.

Mais il est vrai que le paquet neutre aura bénéficié de plusieurs « bonnes fées » qui n’auront eu de cesse de faire éclore, mûrir et aboutir le projet « paquet neutre ».

Dont Laurence Lavy, cheffe du Bureau Prévention des Addictions à la Direction générale de la Santé (DGS).

Et Laurence Lavy vient de quitter ce poste. Mission accomplie en quelque sorte, maintenant que le paquet neutre inonde le linéaire des buralistes.

Car elle aura été intransigeante tant dans la forme que sur le fond. À ses yeux, le tabac fait encore trop l’objet d’une attitude tolérante de la part de multiples secteurs de l’opinion publique : le paquet neutre va y remédier. Il fallait donc qu’il soit en place, coûte que coûte.

Même si la sortie des textes réglementaires nécessaires aura été laborieuse et passablement compliquée au niveau de son service (voir, par exemple, Lmdt du 7 avril).

Même si Laurence Lavy ne sera plus dans ses fonctions pour constater un jour si le paquet neutre est vraiment aussi efficace qu’elle l’a toujours assuré à ses interlocuteurs.

Avec l’aplomb de la militante.