Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
8 Mar 2018 | Profession
 

La Cour de cassation a rejeté, ce mercredi 7 mars, le pourvoi formé par la défense de Luc Fournié. La condamnation pour « homicide volontaire » du buraliste de Lavaur est donc définitive (voir Lmdt du 12 décembre 2016).

Luc Fournié, 61 ans, va exécuter les dix ans de prison décidée par les jurés de la cour d’assises de la Haute-Garonne, le 9 décembre 2016, pour le meurtre d’un cambrioleur en 2009. Une peine supérieure à l’arrêt rendu en première instance par la cour d’assises du Tarn.

Malgré les réquisitions d’acquittement de l’avocat général appuyées sur la légitime défense, les jurés du Tarn avaient retenu la culpabilité et l’avaient condamné à 7 ans de prison en avril 2015.

« On ne peut pas accepter une situation où un honnête citoyen, victime chez lui au milieu de la nuit d’une agression alors qu’il ne demandait rien à personne, puisse être assimilé à un meurtrier. Nous allons continuer la lutte. Nous sommes encouragés par des milliers de signatures sur des pétitions. Nous entendons donc saisir la cour européenne des droits de l’homme et le président de la République. » a déclaré Maître Georges Catala – qui a défendu Luc Fournié devant les cours d’assises avec Maître Laurent Boguet – à La Dépêche du Midi.

L’été dernier, il avait été placé sous contrôle judiciaire et il vivait depuis chez sa sœur dans le Lot, loin de Lavaur et de son établissement, qu’il a vendu pour pouvoir honorer ses dettes et payer les dommages et intérêts à la famille de la victime (voir Lmdt du 27 juin 2017).