Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
9 Oct 2020 | Trafic
 

« La scène a été ultra-violente » rapporte Le Parisien qui donne des précisions sur le braquage du semi-remorque de livraison de tabac sur l’A1 (voir 7 octobre).

Le conducteur avait quitté la DRD Logista de Lognes, le camion chargé de palettes de cartons tabac à destination de la Somme.

•• Juste avant de passer le péage de Chamant (Oise), le chauffeur a brusquement vu sa vitre voler en éclats. Plusieurs malfaiteurs cagoulés et armés l’ont tout de suite extrait de son poids lourd avant d’en prendre le contrôle et de repartir en emportant l’homme en otage avec eux.

Après avoir franchi le péage, le commando a forcé la grille d’une sortie réservée aux équipes de secours et à la Société des autoroutes du Nord et de l’Est de la France (Sanef), au niveau de la commune de Brasseuse. Un endroit qui permet de rejoindre aisément les routes départementales.

•• Sur ce petit chemin, assez large et carrossable, les voleurs ont dénudé partiellement le conducteur, lui laissant pour seul vêtement son pantalon. « Puis, ils lui ont dit de courir tout droit dans un champ sans se retourner. Sûrement le temps qu’ils transvasent une partie du chargement » rapporte un proche du dossier.

La victime appellera elle-même les secours avant d’être évacuée, en état de choc, vers l’hôpital de Senlis.

•• L’enquête, ouverte par la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Lille, pour vol aggravé en bande organisée a été confiée à la Section de Recherches d’Amiens (Somme) et à l’Office central de Lutte contre la Délinquance itinérante (OCLDI). Car cette attaque spectaculaire n’est pas un cas isolé (voir 30 et 12 septembre, 12 mai).

•• Pourtant, les professionnels concernés assurent prendre des mesures. « Nous ne sommes jamais livrés le même jour, ni à la même heure, nous n’en parlons pas à nos clients et parfois, pour des secteurs plus sensibles, un véhicule de sécurité accompagne le transporteur », explique au Parisien Serdar Kaya, président des buralistes de l’Oise.

•• L’Organisation des Transporteurs routiers européens (Otre) tente aussi de protéger ses conducteurs. « Ces camions sont banalisés pour être le plus anonyme possible, mais cela les rend vulnérables aussi » explique-t-on, « mais pour ce genre de fret à risque, les voleurs ont des indicateurs … »