Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
11 Sep 2019 | Trafic
 

Mêlés à une série d’attaques de camions et de vols de marchandises, deux malfaiteurs originaires de Seine-et-Marne, âgés de 22 et 27 ans – chevronnés et déjà impliqués dans des affaires de stupéfiants – ont été mis en examen et placés en détention provisoire ce lundi 9 septembre, relate Le Parisien / Aujourd’hui en France

•• Les premiers faits remontent au 23 août, lorsqu’un camion livrant du tabac est pris pour cible à Corbeil-Essonnes. Les malfaiteurs étaient à bord de puissants véhicules, volés et munis de gyrophares bleus. À l’aide d’armes de poing, ils ont braqué le chauffeur avant de s’emparer de son stock tabac.

Et de prendre la fuite vers la Seine-et-Marne où les véhicules ont été retrouvés incendiés. Environ 60 000 euros de cigarettes ont ainsi été dérobés (voir Lmdt du 23 août).

•• Saisie de cette affaire, la Police judiciaire – en liaison avec Logista – est parvenue à repérer et à filer l’équipe de braqueurs, le 4 septembre, en pleine filature d’un autre camion de livraison se dirigeant vers Melun.  Pour des raisons inconnues, les voleurs ne passent pas à l’action ce jour-là.

•• Deux jours plus tard, la même équipe refait surface, et s’attaque cette fois à un camion au niveau de Saint-Germain-lès-Corbeil, avant de s’enfuir avec environ 50 000 euros de tabac.

Dans la foulée, deux hommes sont interpellés en flagrant délit, à Chelles, alors qu’ils étaient en train de vider leurs coffres et charger la marchandise dans d’autres véhicules. Les policiers saisissent leurs véhicules, leurs armes, les gyrophares ainsi que la marchandise volée (voir Lmdt du 6 septembre).

•• Les deux jeunes hommes sont déjà connus de la justice pour des faits de violence et de trafic de stupéfiants.

« Les transports de marchandises sont les cibles privilégiées de ce genre de braqueurs, qui cherchent la plupart du temps du matériel high-tech, des vêtements de luxe ou des cigarettes, qu’ils écoulent dans la journée » précise une source policière.