Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
16 Mai 2019 | Trafic
 

Suite de notre publication d’extraits du Livre blanc que vient de publier l’UNIFAB ainsi que l’ALCCI : « Combattre le commerce en ligne des produits réglementés ». Forcément, on y parle beaucoup de tabac (voir Lmdt du 15 mai). Extraits.

Notamment de l’explosion de l’offre sur les réseaux sociaux et Facebook par lesquels passeraient « les deux tiers du commerce illicite de produits du tabac ».

Les trafiquants, de petite et grande envergure, postent des annonces sur des comptes personnels (avec des pseudonymes) pour une mise en relation via messagerie privée. Ces annonces peuvent ensuite être relayées via des groupes Facebook (ex : « bons plans fumeurs » …), groupes qui, une fois atteint une taille critique suffisante, deviennent privés et donc invisibles pour les autorités répressives.

•• 350 groupes Facebook arrivent à constituer un réseau estimé à 5 millions de personnes, donc de consommateurs potentiels. Ces groupes ont 14 000 membres, en moyenne, et 374 000 pour le plus important, 35 % d’entre eux sont des groupes fermés et 3 % sont secrets.

•• Le profil des trafiquants, mono ou multi-délinquants, s’inscrit dans une vraie démarche commerciale et marketing. Ces criminels utilisent d’autres réseaux comme Instagram, Snapchat, Pinterest … pour faire la publicité de leur page Facebook où ils annoncent leur offre commerciale illicite.

•• La plupart du temps, il s’agit d’une criminalité locale qui a recours à ces modes de distribution et livre directement des cartouches de cigarettes illicites à des consommateurs. On assiste ici à une reproduction des réseaux physiques dans le monde virtuel qui permet de proposer une gamme illicite complète.