Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
29 Août 2020 | Trafic
 

Dans la vallée de la Marne, près de Château-Thierry, certains n’hésitaient pas à effectuer le voyage pour faire leurs emplettes. Mais la nouvelle limitation de la quantité de tabac à rapporter change la donne pour beaucoup (voir 31 juillet). C’est le cas de Philippe, rapporte Le Pays Briard.

•• « Il y a un an ou deux, on achetait ce qu’on voulait » déclare cet amateur de cigares. Il ajoute : « Je n’irai plus. Je ne vais pas faire 320 kilomètres pour une cartouche de cigarettes.  Je m’y rendais pour ma consommation personnelle dans le respect de la réglementation. Le prix du tabac en Belgique est divisé par cinq. »

Ce retraité appréciait son escapade régulière chez ses voisins. Elle était prétexte à une sortie, une occasion de se détendre et de faire du tourisme : « j’allais manger une frite. J’en profitais pour faire une halte sur la route, visiter la cathédrale de Laon ou aller au Lac de Monampteuil pour me baigner. »

•• Son dernier voyage remonte au lendemain du déconfinement.

Avec la nouvelle réglementation, il estime que les Axonais (habitants de l’Aisne) sont pénalisés, « à moins de faire le voyage à quatre personnes », souligne-t-il. Et d’ajouter : « en Belgique, même le chocolat est plus cher que chez nous. Nous avions un petit avantage et on nous le prend ! »

Pour lui, l’impact est immédiat et sans appel : « dès que je n’ai plus de tabac, j’arrête de fumer ! ».