Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
15 Fév 2014 | International
 

Liban N BerryRecevant la visite de 250 employés de la Régie des tabacs du Liban, Nabih Berry (photo), le président de la Chambre, a transformé son allocution en discours politique.

Déplorant que « l’Etat soit en voie de disparition à travers toutes ses institutions », il a souligné que « la Régie des tabacs est l’une des rares institutions à marcher à contre-courant en s’attachant à l’Etat et en refusant la privatisation ».

Au bord de la faillite en 1992, la Régie a généré dans les caisses publiques des revenus de deux milliards de dollars au cours des trois dernières années ; et 790 millions de dollars cette année. « La preuve que les institutions de l’Etat peuvent réussir quand elles ont une administration efficace et patriotique » a souligné Nabih Berry, avant de rappeler comment les Libanais ont continué à cultiver le tabac même pendant les guerres, ce produit étant un partenaire essentiel de la vie du citoyen du sud du pays.

« Oui au peuple libanais, oui à la résistance », a-t-il conclu, estimant que la culture de tabac et la résistance ont ensemble permis aux Libanais du sud (sous contrôle de la FINUL) de rester attachés à leur terre.