Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
15 Déc 2016 | E-cigarette
 

Menée durant le Moi(s) Sans Tabac, l’étude E-cig 2016 (ou « Évaluation pour la recherche d’un plaisir immédiat de la vape pour arrêter de fumer » / voir Lmdt du 26 octobre), dirigée par le Professeur Dautzenberg et la start-up Enovap, a été conduite dans quatre hôpitaux parisiens et sur 61 fumeurs. Un aperçu des résultats publiés ce mercredi 14 décembre.

Chaque participant de l’étude devait identifier ses préférences de vape : le parfum, le taux de vapeur ainsi que la concentration de nicotine. Et indiquer sur une échelle de 1 à 10 la sensation de satisfaction liée au « throat-hit » (passage de la vapeur dans la gorge) de sorte à établir ensuite une probabilité de quitter le tabac.

• Premier constat, sans surprise : plus la satisfaction en gorge est importante, plus la probabilité de quitter le tabac est forte.

• Deuxième constat, évident : le vrai problème consiste dès lors à identifier le dosage qui répond parfaitement aux besoins nicotiniques tout en procurant une satisfaction lors de l’inhalation.

• 5,5 serait le nombre de bouffées « test » nécessaires pour trouver le taux de nicotine et de vapeur optimal et arriver ainsi finalement à augmenter de 3,5 points sur 10 l’envie de quitter le tabac. À ce stade, pour les participants à l’étude, la probabilité « exprimée » d’arrêter de fumer a été de 7 chances sur 10.

• Conclusion de l’étude : reste à connaitre, lors d’une prochaine étude, comment ce score se traduirait en taux réel d’arrêts du tabac. C’est bien connu, une étude en appelle toujours une autre.