Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
29 Oct 2018 | Vapotage
 

France Vapotage, qui s’était joint à douze autres organismes représentants du secteur du vapotage dans le monde pour interpeler l’OMS (voir Lmdt du 27 septembre), déplore, dans un communiqué, le refus de l’organisation mondiale de revoir sa position contradictoire et contreproductive concernant le vapotage.

« Plusieurs organisations professionnelles de la vape, issues de 16 pays d’Europe, d’Amérique du Nord, d’Asie et d’Océanie, avaient signé un appel commun à l’action, demandant à l’OMS de séparer le vapotage du tabac dans ses recommandations.

« Malgré leurs tentatives d’établir un dialogue avec le groupe de lutte antitabac, ces acteurs industriels comme les journalistes ont été exclus des débats conduits lors de la Conférence biannuelle des Parties (COP 8) qui s’est tenue à Genève du 1er au 6 octobre 2018 (voir Lmdt du 2 octobre). À l’issue de ses travaux, le groupe de lutte antitabac a malheureusement confirmé sa position datant de 2016.

« Il refuse d’établir une distinction entre les produits du tabac et ceux du vapotage. Il encourage même les gouvernements à interdire les produits du vapotage dans le cadre de leur plan de lutte contre le tabagisme. Contreproductive, cette position est également incompréhensible puisque le groupe de travail reconnaît par ailleurs le potentiel du vapotage pour faire reculer le nombre de fumeurs.

« Les organisations signataires, dont France Vapotage, la fédération professionnelle des fabricants du vapotage en France (voir Lmdt du 31 août), déplorent profondément cette position :

 d’une part, elle contredit les efforts conduits par plusieurs pays, comme le Royaume-Uni et la Nouvelle Zélande, pour encourager activement les fumeurs à passer à la cigarette électronique dans une optique de réduction des risques ;

 d’autre part, elle ne tient aucunement compte du nombre croissant d’études scientifiques indépendantes démontrant l’efficacité des produits du vapotage comme outils de sortie du tabagisme, ainsi que leur nocivité considérablement réduite par rapport aux produits du tabac.

Florence Meslet, Déléguée générale de France Vapotage, déclare : « Nous regrettons que le groupe de lutte antitabac de l’OMS refuse tout dialogue et toute remise en cause de sa position. C’est une très mauvaise nouvelle pour les politiques de santé publique et pour les millions de fumeurs qui souhaitent arrêter le tabac ».

Les signataires de ce communiqué demandent au groupe de lutte antitabac de l’OMS d’ouvrir enfin au plus vite le dialogue pour aboutir à des choix plus éclairés.