Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
22 Jan 2018 | L'Info
 

Directeur Marketing de Compte Nickel, Jérôme Calot s’est prêté au jeu des questions-réponses de Banques-en-lignes (BEL) sur les perspectives de croissance du Compte Nickel des buralistes et ses spécificités dans l’environnement concurrentiel des néo-banques (voir Lmdt du 16 janvier). Extraits significatifs. 

BNP

« Compte-Nickel a poursuivi son développement en 2017, accompagné par la première banque de la zone euro : c’est un avantage certain lorsqu’on doit valider un modèle économique, s’adapter à la volumétrie des clients servis et continuer d’innover.

« Le passage de 140 à 2 actionnaires (BNP Paribas à 95 % et la Confédération des Buralistes à 5 %) s’est fait en douceur : Compte-Nickel reste maître de son destin, dans le respect des normes du groupe en matière de risque et de finance. À notre demande, BNP Paribas nous apporte son expertise et des opportunités d’économies d’échelle. »

Tarifs

« Nous avons annoncé en décembre l’évolution des tarifs de rejets de prélèvement à partir de février 2018 (10 euros / rejet de prélèvement pour solde insuffisant, à partir du 2ème rejet du mois). Cette évolution nous paraît offrir un bon équilibre entre la nécessité d’agir contre les abus et la compréhension des difficultés passagères dont nos clients peuvent parfois souffrir.

« Avec 12 rejets de prélèvements gratuits chaque année et un tarif ensuite inférieur de moitié au plafond appliqué par les banques, Compte-Nickel restera l’établissement présentant les plus faibles tarifs d’incidents bancaires en France, comme l’a confirmé une étude de l’UNAF et de l’Institut National de la Consommation en novembre 2017. »

Clientèle

« Nous constatons un rajeunissement de notre clientèle, avec davantage de clients entre 18 et 25 ans. Compte-Nickel reste l’une des offres les plus simples et les plus accessibles pour tous ceux dont le système bancaire traditionnel ne veut pas ou qui sont assommés par des frais bancaires exorbitants.

« Notre réseau de distribution étant bien réparti sur l’ensemble du territoire, c’est aussi le cas de nos clients. Nous constatons tout de même un taux de pénétration plus élevé dans les Hauts-de-France, l’Île-de-France, la région PACA et les départements d’outremer.

Buralistes

« Partenaires depuis notre lancement en 2014, les buralistes sont les artisans du succès de Compte-Nickel. Nous essayons d’être le plus proche possible de la Confédération, en les associant à notre développement et en leur offrant des ressources dédiées. Nous avons réorganisé notre service commercial afin d’avoir plus de commerciaux sur le terrain, pour animer et faire grandir notre réseau. Nous avons également un service client dédié, pour assurer la communication et le bon fonctionnement de leurs équipements (borne interactive pour les souscriptions, terminal de paiement pour les opérations).

Concurrence

« Notre objectif est d’abord de nous focaliser sur le cœur de Compte-Nickel : des services accessibles au plus grand nombre pour payer et être payé. L’arrivée de nombreux concurrents en 2017 n’a fait que valider notre approche : à nous de rester les plus pertinents sur la rapidité d’ouverture de compte, la simplicité d’usage, l’utilité des services et l’universalité de l’offre.

« Nous avons toujours veillé à proposer une offre simple et transparente. Certaines offres s’affichent gratuites mais facturent des frais de non-utilisation, des frais d’incidents aussi élevés que dans les banques traditionnelles ou des frais laissés à l’appréciation de la politique commerciale locale.

« Chez Compte-Nickel, pas de piège et pas de gratuité : faire fonctionner une néo-banque a un coût et les nouvelles offres sont encore loin d’avoir prouvé qu’elles s’appuyaient sur un modèle économique pérenne. »