Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
11 Avr 2017 | Profession
 

« Buraliste, la profession qui murmure à l’oreille des politiques » en titre, grande photo de manifestation (contre le paquet neutre / voir Lmdt du 3 novembre 2015), une pleine page … Les Échos de ce jour consacre une enquête aux revendications de la profession dans le contexte de la campagne de la présidentielle. Au-delà de l’image d’Épinal « du réseau de proximité choyé par les politiques ». Extraits (et l’intégral en lien).

•• « On les connaît dans le rôle des râleurs (…) mais pour leur dernier coup de gueule, les buralistes ont changé de registre. Surfant sur la vague cocardière, ils sont prêts à dégainer leur propre marque de cigarettes … (voir Lmdt du 30 mars)

« Simple effet d’annonce ? Le calendrier de cette déclaration ne doit en tout cas rien au hasard (…) surtout à quelques semaines des élections présidentielles et législatives (…) ».

•• « Les messages des buralistes résonnent plus que jamais à l’oreille des politiques … 

« En premier lieu, de l’État, qui, schizophrène, cherche à concilier des impératifs d’aménagement du territoire et de recettes fiscales avec des plans antitabac dans une logique de santé publique. Dans la France du XXIe siècle, où le sentiment d’abandon et d’isolement se répand dans les bourgs ruraux et dans les petites villes, le buraliste apparaît souvent avec le bureau de poste comme le dernier rempart à la désertification (…)

« Pour Bercy aussi, le sujet des buralistes qui, ne l’oublions pas, ont le statut de préposés des douanes, a pris une nouvelle acuité. « Dans cette période de disette budgétaire, Bercy a à cœur de protéger les rentrées fiscales tirées du tabac », relève un observateur.

•• « À entendre les buralistes, le quinquennat qui vient de s’écouler a été particulièrement éprouvant : trois relèvements tarifaires, l’instauration du paquet neutre … ». Et face aux statistiques sur la baisse des ventes de cigarettes, « les débitants de tabac n’ont pas la même grille de lecture. Ils sont convaincus que les hausses tarifaires ont surtout incité les fumeurs à se tourner vers les marchés parallèles, moins chers (…). « On est à près de 30 % ! » tempête Pascal Montredon.

•• « Face à l’État schizophrène, le rapport de force n’est toutefois pas si défavorable aux buralistes, sur le plan financier du moins. De fait, depuis la création en 2004 par le gouvernement Raffarin du contrat d’avenir, l’État compense ses plans antitabac (…). « Une générosité excessive et coupable », accuse l’ancienne ministre Michèle Delaunay, présidente de l’Alliance contre le tabac. Le député-maire d’Issy-les-Moulineaux, André Santini va plus loin : « c’est ridicule, on prend des mesures qui affaiblissent la profession, et après on paie pour compenser ! On aurait dû organiser une concertation avec elle ».

•• « Pour pallier un environnement moins favorable, la profession est donc à l’affût de nouvelles diversifications (…) La dématérialisation des jeux et des paris constitue, néanmoins, une menace à terme pour eux, même si la FDJ et le PMU ont entrepris de les aider à passer au numérique. Alors que d’autres activités comme la vente de journaux, de timbres fiscaux ou de cartes téléphoniques sont elles aussi en chute libre, les débitants cherchent donc à s’inventer de nouvelles vocations ». L’article citant Le Compte Nickel, « qui a permis d’accueillir une nouvelle clientèle » assure Hugues Le Bret, président de la FPE, puis la piste des services public (Relais Poste).

•• Également dans la ligne de mire : la vente de cannabis si elle est légalisée en France : « on est habitués à vendre des produits sensibles. Mais il faudrait étudier les conditions », observe prudemment Pascal Montredon.

Président de la chambre syndicale des Pyrénées-Orientales et buraliste à Argelès-sur-Mer, dans lequel il vend aussi des tee-shirts et des souvenirs, Alain Lirola est, pour sa part, prêt à sauter le pas et même à lutter à sa façon contre le tabagisme : « on pourrait aussi imaginer vendre des patchs pour arrêter de fumer. Après tout, c’est à nos clients qu’ils s’adressent ! ».