Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Juil 2018 | Profession
 

Philippe Coy a mis carrément les pieds dans le plat dans son interview au Parisien ce week-end sur sa demande de distribution exclusive du cannabis (récréatif), légalisé, dans le réseau des buralistes (voir Lmdt des 22 et 23 juillet).

Retours médiatiques de ce lundi 23 juillet malgré une actualité bien chargée par ailleurs …

•• Le Figaro : « les buralistes en pool position pour vendre du cannabis ».

« Une déclaration qui intervient alors que les « coffee shops », ces boutiques vendant des produits à base de cannabidiol (CBD), ont essaimé en France et que certains de leurs gérants viennent d’être mis en examen, notamment pour « transport, détention, offre ou cession, acquisition ou emploi de stupéfiants ». 

Mais tandis qu’arrestations et fermetures de boutiques se succèdent, Philippe Coy indique avoir « demandé à tous les buralistes de suspendre la commercialisation de ces liquides ». Appliquant « un principe de précaution », le temps que le ministère de la Santé clarifie cette « zone grise du droit », selon l’expression de la ministre, Agnès Buzyn. Sous quelle forme ? « Je ne m’interdis rien », répond-il, précisant qu’il entend « laisse(r) le cannabis thérapeutique aux médecins ».

•• 20 minutes : « Cannabis : les buralistes sont « prêts » à en vendre si le gouvernement le légalise ».

« Apparemment, les buralistes eux-mêmes n’excluent pas l’idée et se disent « prêts à [le] commercialiser » en cas de légalisation. Ils demanderaient même « l’exclusivité » de sa distribution pour compenser la baisse des ventes de cigarettes. »

•• Le Progrès : « Le cannabis bientôt en vente dans les bureaux de tabac ? ».

Si le CBD et plus largement le cannabis sont autorisés, on veut être présent sur ce marché. On demande même l’exclusivité. On est dans un plan de transformation car les ventes de cigarettes sont amenées à baisser. Il faut donc saisir toutes les opportunités » selon Philippe Coy.

•• LCI : « Cannabis réglementé : les buralistes veulent en vendre pour compenser la baisse des ventes de cigarettes ».

« Le prix des cigarettes étant en hausse constante, les Français s’en détournent. Les buralistes voudraient vendre du cannabis réglementé, un marché qui serait plus avantageux. Les ventes de cigarettes sont en baisse constante en France alors que celles des cannabis rapportent gros aux pays où elles sont légalisées. Mais en France, on en est loin. Il y a une centaine de coffee-shop qui ont ouvert en France, mais la ministre de la Santé a mis le holà …».