Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
20 Avr 2020 | Profession
 

« Le réseau est ouvert et restera de toute façon ouvert dans les communes pour apporter son service à la population » assure Thierry Arnaudin, président des buralistes des Hautes-Pyrénées dans La Dépêche.fr.

Car malgré les aléas du confinement, notamment sur les déplacements, leur activité est globalement stable.

•• « Il a eu un certain ralentissement sur les jeux. Notre activité tourne donc surtout autour du tabac » poursuit le buraliste installé à Lourdes.

« L’effet de la fermeture des frontières a éteint le marché parallèle. On voit certaines personnes, qu’on ne voyait plus depuis longtemps, revenir. Cela montre l’importance du marché parallèle et la hausse des prix du tabac qui fait partir les fumeurs ailleurs. Mais avec ce confinement, la vente du tabac existe toujours ».

•• Et les buralistes servent également à dépanner : « les attestations dérogatoires, on en donne. Mais il est clair que pour les gens qui demandent une vingtaine de photocopies, on ne peut pas donner 20 papiers à tout le monde gratuitement. Les buralistes sont solidaires et en offrent pas mal à la population pour qu’ils puissent revenir. On essaie de jouer le jeu. La Confédération a demandé qu’on le fasse, on le fait donc volontiers.

•• « Certains buralistes répondent également aux problèmes d’imprimante, avec les cartouches d’encre. Comme les papeteries ne sont pas ouvertes, certains buralistes vendent des recharges. Dans certains lieux ruraux, en perdition l’après-midi avec l’arrêt du PMU, il a fallu revoir les horaires d’ouverture. Mais 90 % du réseau est ouvert, le matin surtout » conclut-il.