Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

Michèle DelaunayDans le quotidien Sud Ouest de ce dimanche 21 février, Matthieu Pechberty (journaliste au Journal du Dimanche et auteur de « L’État accro au tabac / voir Lmdt des 15 octobre 2014 et 10 janvier 2016) et la députée Michèle Delaunay (présidente d’Alliance sans Tabac) commentent « la contreperformance » de la lutte contre le tabagisme en France, telle qu’elle est interprétée  par la Cour des comptes (voir Lmdt du 10 février).
Avec le retour de la question sur la hausse des prix. Ceci, quelques heures avant la dernière sortie sur le sujet de Marisol Touraine ( voir Lmdt du 21 février) : Extraits.

•• Hausse des ventes du tabac ? 

« Ce qui augmente, ce sont les ventes légales » précise Matthieu Pechberty, « il y a eu un transfert des achats illégaux vers les achats légaux, une baisse de la contrebande ».

« Je crains qu’il y ait un retournement de tendance durable » assure Michèle Delaunay, « + 7 % de ventes de tabac à rouler en 2015 : ce chiffre doit nous interpeller. Il est le signe que les jeunes commencent de plus en plus tôt à fumer, car on sait que ce sont eux les principaux acheteurs de tabac à rouler ».

« C’est le tabac de la crise, des gens qui doivent faire particulièrement attention à leurs dépenses », rappelle le journaliste.

•• Hausse des prix ?

• Michèle Delaunay : « on me reproche souvent de m’en prendre au porte-monnaie, mais j’agis là où c’est efficace ! Le prix, c’est un levier imparable, c’est le métronome de la consommation, toutes les études le montrent. Les politiques classiques de prévention, de sensibilisation, elles, se heurtent à la fracture sociale : elles ont de l’impact principalement sur les gens déjà informés et intégrés socialement. C’est un constat valable pour d’autres thématiques, comme le dépistage du cancer du sein… Aujourd’hui, je crains que nous nous orientions vers un tabagisme des pauvres. Ceux qui arrêtent ou font attention me semblent être plutôt parmi les gens favorisés ».

• Matthieu Pechberty : « pour imposer à Bercy une forte hausse des taxes sur le tabac, il faut peser politiquement. Or Marisol Touraine n’a pas ce pouvoir. La seule action majeure qu’elle a pu mener, c’est la mise en place du paquet neutre, un dispositif dont nous ne connaissons pas encore l’impact, et qui, pour moi, fait plus diversion qu’autre chose ».