Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
23 Oct 2018 | Profession
 

Dans le dernier numéro du Losange (voir Lmdt du 12 octobre 2018), Axel Coucke (directeur général d’Agio France / voir Lmdt du 15 juillet 2016) tire la sonnette d’alarme sur les soucis de fiscalité que rencontre actuellement le segment des cigares-cigarillos ; ce dont nous avons déjà parlé ici-même (voir Lmdt du 17 octobre 2018).

Extraits de l’interview qu’il a accordé au Losange :

•• Sur le marché

« La baisse des volumes livrés chez les buralistes de « seulement » 6 % à fin juillet est trompeuse, car cette statistique intègre les « cigarlettes » qui, selon nous, ne devraient pas être incluses dans les cigares-cigarillos. D’ailleurs, on retrouve ces cigarlettes dans le linéaire cigarettes et non cigares.

« Sinon, la chute des livraisons entre janvier et juillet atteindrait 11 % comparé à la même période de l’an passé. Bref, le marché du cigare-cigarillo ne se porte pas bien du tout (…)

•• Sur le problème

« La hausse de la fiscalité pour le cigare-cigarillo est proportionnellement plus importante et la course au rognage sur les marges a atteint ses limites chez tous les acteurs du secteur.

« C’est un véritable signal d’alarme que nous tirons. D’autant plus qu’en 2019 les taxes sur le cigare-cigarillo progresseront davantage que sur les cigarettes. C’est totalement incompréhensible, à moins que le Gouvernement ne veuille organiser officiellement le transfert des fumeurs de cigares-cigarillos vers la cigarette !

« Pour compenser les taxes au 1er mars, il faudrait augmenter les prix de un euro, et encore de 50 centimes, le 1er novembre. Dans le même temps, le prix des cigarettes ne progressera « que » de un euro.

•• Sur les conséquences

« Nous avons déjà atteint une limite économique et, si ce Gouvernement veut tuer notre industrie, il n’a rien d’autre à faire. On retrouve la logique de l’ancienne députée Michèle Delaunay qui voulait aligner la fiscalité des cigares-cigarillos sur celle des cigarettes et ainsi faire passer la boite de cigarillos à 20 euros. C’était déjà notre mort annoncée (voir Lmdt du 28 novembre et 26 octobre 2014).

« Le ministère de la Santé souhaite un paquet de cigarettes à 10 euros en 2020 ; soit. Mais pourquoi la boite de cigarillos atteindrait-elle alors les 12 euros ?

•• Sur une proposition

« Notre proposition est simple. Mettre en place une hausse des taxes pour les cigares dans le même rythme que pour les cigarettes. »